Ligoté dans sa propre maison, un Anderlechtois se libère et chasse ses CINQ agresseurs: la traque est lancée

Ligoté dans sa propre maison, un Anderlechtois se libère et chasse ses CINQ agresseurs: la traque est lancée
Intervention de la police à Anderlecht après une agression

Un Anderlechtois a été agressé par cinq individus à son domicile vers 13h ce vendredi. Ligoté et menacé pour son coffre-fort, il est finalement parvenu à mettre en fuite ses agresseurs. La brigade anti-criminalité a lancé une chasse à l'homme dans la région Bruxelloise. Un témoin nous a contactés après avoir vu l'intervention de la police à Anderlecht.

Cinq hommes alignés sur le côté de la route, les mains dans le dos, placé sous la surveillance de nombreux policiers. Voilà la scène à laquelle a assisté un témoin, qui nous a décrit la situation via notre page Alertez-nous. "Tous les policiers avaient des mitraillettes et des gilets pare-balles", explique-t-elle. L'important déploiement de la brigade anti-criminalité d'Anderlecht a d'ailleurs créé des embarras de circulation.


Il sort de chez lui et se fait agresser par cinq hommes

En réalité, notre témoin a assisté à un contrôle d'identité. Une heure plus tôt, un habitant d'une rue proche, à Anderlecht, a été attaqué par cinq individus. La victime sortait de son garage lorsqu'elle est tombée nez-à-nez avec ses cinq agresseurs. Ligoté dans sa propre maison, l'Anderlechtois a vraisemblablement été attaqué pour le contenu de son coffre-fort, comme nous l'explique la police.

Mais la victime ne s'est pas laissé faire. Profitant probablement d'un instant d'inattention, elle s'est libérée et a saisi une arme dans son habitation. L'Anderlechtois est alors parvenu à mettre en fuite les cinq agresseurs.


Chasse à l'homme en cours

Très choqué, la victime a été prise en charge par la police. La brigade anti-criminalité, de son côté, a lancé la traque pour mettre la main sur les agresseurs. C'est dans le cadre de leurs recherches qu'ils ont procédé au contrôle de cinq individus à la rue des Deux gares, dont notre contact a été témoin. Les personnes contrôlées n'avaient finalement rien à voir avec l'affaire, et elles ont pu repartir. Les cinq agresseurs sont donc toujours dans la nature et activement recherchés par la police.

Vos commentaires