En ce moment
 
 

Les commerçants en mal de clients dans le centre-ville de Bruxelles: le plan Good Move n'y est pour rien, selon cet échevin

 
 

Le plan de circulation Good Move est lancé, à Bruxelles, depuis trois mois. Son objectif est de "réduire le trafic de transit et d'améliorer la qualité de la ville", précise Fabian Maingain, échevin des affaires économiques à la ville de Bruxelles (Défi). Il était l'invité d'Antonio Salimando sur Bel RTL à 7h50. Le plan de mobilité est source de vives tensions dans certaines communes de la capitale. Pourtant, selon l'échevin, celui-ci n'a pas d'impact sur la fréquentation du centre-ville : "Au mois d'octobre, ce sont plus d'1.25 millions de visiteurs qui sont venus fréquenter le centre-ville de Bruxelles", clarifie-t-il. Ce sont des technologies de comptage par GSM qui permettent de l'affirmer, selon l'échevin.

Pourtant, certains commerçants affirment avoir des pertes de chiffres d'affaires, "parce qu'aujourd'hui, fréquentation ne veut pas dire client, chiffre d'affaires ou bénéfices", justifie Fabian Maingain. Le plan Good Move n'est pas responsable de ces problèmes, selon l'échevin, qui y voit plutôt l'effet de la crise énergétique : "On a une baisse du pouvoir d'achat et surtout, un certain nombre d'acteurs nous disent qu'avec les prix de l'énergie, même quand ils sont pleins, ils craignent de ne pas être en bénéfice", explique Fabian Maingain.

Malgré l'impopularité de ce plan de mobilité, celui-ci sera renforcé dans les prochains jours. De nouvelles bornes de reconnaissance de plaques apparaîtront, pour infliger des amendes qui roulent au mauvais endroit. "On est toujours en période de transition. Les gens vont d'abord recevoir un avertissement qui va leur apprendre qu'ils ne peuvent pas passer dans ces zones. On prend le temps d'implémenter ce plan de mobilité et ces filtres pour permettre à tous les acteurs, qui ont besoin de circuler en voiture dans le centre-ville, de trouver leurs nouvelles habitudes", précise l'échevin.


 

Vos commentaires