En ce moment
 
 

Pollution Senne : la station d'épuration va être réactivée

Aquiris, l'exploitant de la station d'épuration de Bruxelles nord dont la mise à l'arrêt a engendré une importante pollution de trois cours d'eau situés en Flandre a annoncé ce mercredi "une solution temporaire" afin de relancer le traitement des eaux d'égout de la Région bruxelloise.

Aquiris a précisé qu'elle travaillait activement à l'évacuation de plusieurs dizaines de tonnes de déchets acheminés dans ses installations et qu'elle louerait des pompes de grande capacité pour transférer les eaux des collecteurs d'arrivée vers ses installations sans risque d'aspirer les plus gros gravats (blocs de béton, briques, câbles électriques, etc.). Ce procédé est censé éviter le risque de compromettre la sécurité du personnel et d'endommager les installations.

Aquiris va "au-delà de ses responsabilités contractuelles"

"Bien que la responsabilité contractuelle ne lui incombe pas, Aquiris se concentre sur la recherche d'une solution temporaire pour relancer au plus vite le fonctionnement de la station", a fait savoir l'exploitant cette après-midi. Le consortium a affirmé se concentrer, "au-delà de ses responsabilités contractuelles", sur la recherche d'une solution afin de pallier aux conséquences des apports massifs de déchets divers acheminés par les collecteurs dans la station. D'après lui, ces gravats pourraient à nouveau compromettre la sécurité du personnel et endommager les installations. "Nous avons pris nous-mêmes l'initiative de mettre en œuvre cette solution, même provisoire. Cette initiative, qui va au-delà de nos responsabilités contractuelles, est uniquement guidée par notre volonté de préserver l'environnement et notre souci de reprendre au plus vite notre travail", a commenté mercredi après-midi l'administrateur délégué d'Aquiris, Charles Lénès.

Reprise dans les prochains jours

"Grâce à la solution temporaire actuellement envisagée par Aquiris, le pompage dans le collecteur Woluwe/Haren pourrait redémarrer dans les prochains jours. Aquiris ne peut en effet se résoudre à assister à l'anéantissement de ses années d'efforts pour assainir les eaux de la Senne, du Ruppel, de l'Escaut et d'autres rivières", a-t-il souligné.

Les déchets lourds n'étaient pas censés passer par les égouts ...

La société a par ailleurs "rappelé", dans un courrier qu'elle a dit avoir adressé mardi aux organismes bruxellois de l'environnement (l'IBGE et la SBGE) que les collecteurs des réseaux d'égouttage ne sont pas prévus pour acheminer des déchets importants (blocs de béton, briques, câbles électriques, etc.).

Selon elle, l'utilisation des collecteurs d'égouts comme décharge de matériaux solides divers est "hors de la responsabilité d'Aquiris", relevant de "la compétence et de la responsabilité des gestionnaires des collecteurs à l'amont de la station et de la police de l'Environnement".

Aquiris appelle tout le monde à se mettre autour de la table

Aquiris a demandé "avec insistance, comme cela a déjà été le cas à plusieurs reprises, que les parties concernées se mettent ensemble autour de la table pour trouver une solution durable et ce d'autant plus que la partie des collecteurs en amont de la station est sous leur seule responsabilité".


Vos commentaires