Pour la première fois en Belgique, une patiente reçoit un œil bionique et retrouve la vue progressivement

Pour la première fois en Belgique, une patiente reçoit un œil bionique et retrouve la vue progressivement

Une ophtalmologue de l'hôpital universitaire de Gand (UZ Gent) et son équipe ont, pour la première fois en Belgique, posé un implant sur la rétine d'une patiente atteinte d'une maladie oculaire héréditaire. Grâce à cet oeil bionique, la patiente peut à nouveau distinguer des formes telles que portes et fenêtres mais aussi la silhouette des gens, indique l'UZ Gent dans un communiqué mardi.

La patiente est atteinte de rétinite pigmentaire (RP), une maladie qui affecte 1 Belge sur 3.000. Cette affection se caractérise par une dégénérescence des cellules photosensibles à l'intérieur de l'oeil. La vision diminue graduellement, ce qui conduit souvent à la cécité.

Une prise en charge ou un traitement à un stade précoce de la maladie n'était jusqu'à présent pas possible en Belgique, explique le docteur Fanny Nerinckx, à l'origine de cette prouesse technologique.


Une rééducation intensive

L'implant ou œil bionique, appelé Argus II Retinal Prosthesis System ou Argus II pour faire court, a été développé par la société Second Sight Medical Products, une start-up spécialisée dans les dispositifs médicaux qui combattent la cécité. Le traitement ne rétablit pas la vision normale, mais remplace partiellement la fonction de la rétine par un système doté d'une mini caméra, un ordinateur de poche et un implant, précise le communiqué.

Grab_20180327_140735_356

Le système d'Argus II n'est utilisable que si le patient a pu voir par le passé. "Après une opération réussie en janvier, il est maintenant important que la patiente suive une rééducation intensive et qu'elle puisse assimiler ce qu'elle voit à ce qu'elle a déjà vu avant", poursuit la chirurgienne.

Rite est la première en Belgique à suivre un tel traitement. Elle a une séance de revalidation une fois par semaine, lors desquelles elle doit reconnaître de nouvelles formes. Elle témoignait dans le RTLINFO13H: "La semaine prochaine, nous irons dans la rue pour voir des gens, un passage piéton, etc...Pas à pas, j'essaye d'atteindre de nouvelles étapes."


Dans le monde, 250 patients bénéficient d'un tel traitements

"Pendant la rééducation à l'hôpital universitaire de Gand, la patiente apprend à interpréter les images de la caméra et à les lier à des images qu'elle a déjà vues. C'est comparable à l'apprentissage d'une nouvelle langue, mais avec des images", a-t-elle expliqué. 

S'il s'agit d'une première en Belgique, 250 patients au total ont déjà pu bénéficier d'un tel traitement à l'étranger. 

Vos commentaires