En ce moment
 
 

"Elle m'a dit qu'elle avait envie de tuer son mari": la pédicure de Sylvia Boigelot la décrit comme "machiavélique"

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a entendu jeudi le témoignage de la pédicure de Sylvia B. Celle-ci a confirmé ce qu'elle avait raconté à la police, soit que Sylvia B. lui avait confié vouloir tuer son mari, Marc Dellea. Cet homme avait été abattu en juillet 2014 à Laeken.

Depuis lundi, un procès très médiatique a débuté devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. L'ancien député flamand Christian Van Eyken et sa compagne Silvia Boigelot sont jugés pour le meurtre de Marc Dellea, mari de Sylvia Boigelot au moment des faits en 2014. Si le procès n'ouvre qu'aujourd'hui, c'est à cause de plusieurs erreurs de procédure et de couacs divers.

Ce mercredi, le tribunal a entendu un témoignage accablant. Il y a quelques années, Sylvia Boigelot sympathise avec sa pédicure. Auprès de cette amie, l'accusée aurait confié ses envies de tuer son mari. À visage caché, le témoin se souvient et nous raconte. "Elle me dit qu'elle en a marre, que son mari la violente et elle me déclare le fait qu'elle a vraiment envie qu'il meure et qu'elle a envie de le tuer", assure-t-elle. 

De son côté, Sylvia Boigelot ne dit ne plus se souvenir de cette conversation. Pourtant, le témoin est précis. Elle ajoute avoir demandé à l'accusée, au vu des circonstances, pourquoi elle ne quittait pas son mari. "Elle me dit que si elle le quitte, il est capable de prendre l'enfant et d'aller se tuer avec. C'est pour ça qu'elle ne part pas", livre le témoin.


"Elle le haïssait"

Marc considérait sa fille "comme son Dieu", confirme Ludivine, une amie de la victime. Devant le tribunal, elle raconte sa réaction à l'annonce de sa mort. "Quand on m'a dit comment il était mort, j'ai dit 'C'est elle'. Elle le haïssait", nous indique-t-elle. 

Pour Ludivine, la victime était un homme gentil et aimable sans cesse humilié par son épouse que la pédicure décrit comme "manipulatrice et machiavélique". Elle affirme également que Christian Van Eyken et Silvia Boigelot ont fait pression pour qu'elle retire son témoignage.

La défense relativise. Les propos de ces deux femmes sont imprégnées de leurs convictions d'être face à des coupables. Une conviction n'est pas une preuve.


Rappel des faits

Christian Van Eyken et Sylvia B. sont prévenus pour avoir assassiné le premier mari de cette dernière, Marc Dellea. Cet homme âgé de 45 ans avait été retrouvé mort dans son appartement, avenue Mutsaard à Laeken, le 8 juillet 2014. Il avait reçu une balle dans la tête et aucune arme n'avait été retrouvée sur place.

Le parquet de Bruxelles avait ouvert une enquête qui avait mené à Sylvia B., alors épouse de la victime, et Christian Van Eyken, patron et amant de Sylvia B. Cette dernière était sa collaboratrice parlementaire lorsqu'il était député au Parlement flamand, et tous deux entretenaient une relation amoureuse.

Vos commentaires