En ce moment
 
 

Un facteur met fin à ses jours sur son lieu de travail, BPost: son geste de désespoir est-il lié aux conditions de son métier?

Un facteur met fin à ses jours sur son lieu de travail, BPost: son geste de désespoir est-il lié aux conditions de son métier?

Un facteur a mis fin à ses jours sur son lieu de travail. Il était suivi par les services sociaux de l'entreprise. Certains collègues dénoncent les conditions de travail auxquelles il était soumis. A ce stade, le lien entre le geste de désespoir du facteur et son travail n'est pas établi.

Le facteur qui a mis fin à ses jours se prénommait Thomas. Il a commis l'irréparable après un rendez-vous avec une psychologue sur son lieu de travail. L’homme était employé comme facteur depuis plus de 15 ans. Une équipe spécialisée encadre la famille et les collègues.

Nos reporters ont rencontré un employé. Il connaissait Thomas. Pour garantir son anonymat, l’homme préfère ne pas témoigner devant notre caméra. Mais il fait part d’une pression devenue insoutenable pour son collègue. "Il m’a dit qu’il en avait marre. Qu’il était fatigué. Qu’il n’avait plus assez de temps pour être avec ses enfants. Depuis des mois, il demandait d’alléger son service mais rien n’a changé", dit ce collègue.

Plusieurs facteurs affirment à RTL INFO qu’ils font face à une surcharge de travail au quotidien. "Moi je commence 1 heure plutôt que mon horaire, dit l'un d'eux. Sinon je n’arrive pas à terminer ma mission. Nous devons faire la tournée. Depuis plusieurs mois, nous devons en plus de notre tournée, livrer des colis. Il y en a souvent une soixantaine ou plus tous les jours. On termine rarement dans les délais prévus".

Il y aurait des services plus difficiles que d’autres et une différence trop importante entre les services eux-mêmes. A cela, s’ajoute un manque de personnel, selon les syndicats.

Bpost, assure que le bien-être de son personnel est essentiel. Ce soir, il est important de rappeler qu’il n’y a pas de lien direct établi entre le suicide de l’employé et son métier. Une enquête est en cours.

Note de la rédaction: en Belgique, de nombreuses associations existent pour écouter et aider les personnes qui songent au suicide. Si vous avez le sentiment d'être concerné par cette problématique, n'hésitez pas à prendre contact avec le personnel du Centre de prévention du suicide

Vos commentaires