En ce moment
 
 

Un habitant d'Auderghem réveillé en pleine nuit par des voleurs: ils utilisaient un marteau-piqueur dans la maison d'à côté

Histoire incroyable. C'était le week-end dernier, à Auderghem, en région bruxelloise. Des voleurs ont tenté de s'introduire dans une banque en passant par la maison voisine qui est en chantier. Tout ne s'est pas "vraiment" passé comme prévu.

Dimanche dernier, vers 10h du matin, des bruits de marteau-piqueur résonnent à l’intérieur de cette maison en chantier.
 
Excédé par le bruit, le voisin décide d’aller discuter avec ceux qu’il pense être les ouvriers du chantier. "J'ai frappé à la porte et là j'ai demandé 'Ouvrez la porte, arrêtez le bruit!'. Il m'a répondu 'Oui monsieur'. Alors j'ai refrappé à la porte, et il n'a plus ouvert la porte", nous confie le voisin.

L'habitant décide de rester dehors, devant la maison et d’appeler la police. Une patrouille est sur place 10 minutes plus tard. "Ils ont regardé dans la boite aux lettres, ils ont crié 'Ouvrez la porte, c'est la police'. N'ayant pas de réponse, ils ont investi les lieux par l'arrière, comme je leur ai indiqué", explique l'habitant.

La propriétaire m'informe que ce n'était pas des ouvriers

La police fouille le bâtiment mais ne trouve personne. "Les petites heures ont passé, et puis vers 15h30 je reçois un message de la propriétaire qui m'informe que ce n'était pas des ouvriers, mais des cambrioleurs", explique notre témoin.

Un mur a été attaqué au marteau piqueur sur 35 centimètres de profondeur. Les voleur espéraient s’introduire dans la banque de l’autre côté du mur. "Quand la police a frappé à la porte d'entrée pour faire ouvrir, le ou les cambrioleurs sont partis par l'arrière de la maison, et ont continué, il semblerait, par le bois", indique encore le voisin.

A l’heure actuelle, les cambrioleurs n’ont pas été retrouvés. Une enquête est ouverte au parquet de Bruxelles.

Vos commentaires