Un médecin bruxellois sur 2 doit gérer un cas de santé mentale chaque jour

De plus en plus de personnes souffrant de problèmes mentaux s'adressent à leur médecin généraliste à Bruxelles. Cette situation pose 2 problèmes: les médecins généralistes ne sont pas formés et n'ont souvent pas le temps. De leurs côtés, les patients ne savent pas où aller pour des questions psychologiques graves et urgentes. Reportage de Bernard Lobet sur Bel RTL.

Le docteur Lawrence Cuvelier nous a livré dans le RTLINFO8H un témoignage saisissant de la réalité à laquelle il doit faire face tous les jours: "Une mère me téléphone pour me dire que sa fille veut se suicider. Je me rends aux côtés de la patiente. Elle a scénarisé son suicide, donc la menace est réelle, et puis la maman me retéléphone et dit qu'elle veut de nouveau me voir. Et là elle me dit: "Je pense que je dois être hospitalisée". Après cette dernière rencontre, j'ai passé une heure à essayer de trouver un endroit", révèle le docteur. "J'ai dû chaque fois expliquer devant la patiente tous les symptômes dont elle souffrait", déplore le médecin.

Un autre cas de figure: une patiente hospitalisée dans plusieurs services, sans aucun rapport: "Si les gens avaient vu qu'elle avait fait tous les services de psychiatrie, peut-être qu'on aurait pris une autre décision et qu'elle ne serait pas morte".

Le réel souci à Bruxelles est le manque de lits: "J'ai un confrère qui hospitalise systématiquement les cas urgents en Flandre, parce que là, il y a de la place".

"Pourquoi la prise en charge de la santé mentale est-elle si difficile à Bruxelles?"

"Parce qu'il y a beaucoup de gens qui font beaucoup de choses mais que tout cela n'est pas très coordonné en fait", révèle un autre docteur.

Vos commentaires