En ce moment
 
 

L'homme qui a caché des explosifs dans un sac plastique à Jette s'explique: "C'était dans un but ludique, un hobby"

Le suspect qui a été interpellé à la suite de la découverte d'explosifs à Jette jeudi après-midi sera entendu par un juge d'instruction vendredi dans le courant de la journée, lequel décidera ensuite de le placer ou non sous mandat d'arrêt.

Dans une première déclaration, il a affirmé qu'il possédait ces explosifs (du TATP en petites quantités) "dans un but ludique", a indiqué vendredi Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles. L'homme, D.C., âgé de 36 ans, est déjà connu des services de police après avoir été condamné par le tribunal correctionnel de Gand à sept ans de prison pour incendie volontaire. Une perquisition a été effectuée à son domicile en région bruxelloise, laquelle n'a rien mis en évidence.

"Une patrouille de police a été alertée, le 19 juin dernier, par l'attitude suspecte d'un homme sortant d'un bosquet dans le Bois du Laerbeek à Jette. Un contrôle des lieux a ensuite été effectué le 20 juin et un sac en plastique contenant des explosifs TATP en faible quantité a été découvert. Les lieux ont ensuite été sécurisés", a indiqué Denis Goeman.


La piste terroriste écartée 

"Le suspect a été interpellé et privé de sa liberté. Il s'agit de D.C., un homme de 36 ans, bien connu des services de police. Il a été condamné à une peine de sept ans de prison par le tribunal correctionnel de Gand en 2016 pour incendie volontaire. Il avait été libéré sous conditions en septembre 2018", a poursuivi le porte-parole du parquet de Bruxelles.

"Il a reconnu avoir détenu les explosifs découverts, affirmant que c'était dans un but ludique, que c'était un hobby. Une perquisition a été effectuée à son domicile en région bruxelloise et elle n'a rien mis au jour. Un juge d'instruction a été désigné pour enquêter sur des faits de possession d'explosifs. Il interrogera le suspect dans le courant de la journée vendredi et décidera de son placement en détention ou non au terme de son interrogatoire", a déclaré Denis Goeman.

Ce dernier a précisé, comme déjà indiqué jeudi soir, que la piste terroriste était écartée. 

Vos commentaires