Une manif dégénère à Bruxelles: pro et anti-Erdogan s'affrontent devant l'ambassade de Turquie (vidéo)

Environ 400 manifestants, essentiellement kurdes, ont protesté dimanche devant l'ambassade de Turquie et sur la place du Luxembourg après les attentats qui ont frappé Ankara samedi. La foule a accusé le président turc Erdogan d'être derrière ces sanglantes attaques qui ont fait au moins 95 morts. L'action a failli dégénérer, les anti et les pro-Erdogan se sont affrontés forçant la police à intervenir pour les séparer.

Au moins 95 personnes ont péri samedi dans un double attentat perpétré contre une manifestation pour la paix organisée par le parti pro-kurde HDP au départ de la gare centrale d'Ankara. Les autorités turques font porter la responsabilité de ce crime aux djihadistes de l'Etat islamique alors que les militants kurdes estiment que le président Erdogan se trouve lui-même derrière cet acte sanglant.


"Ce sont des attaques du régime"

Alors que des milliers de Turcs sillonnaient dimanche les rues de leur capitale en hommage aux victimes, quelque 400 manifestants se sont rassemblés devant l'ambassade turque en Belgique, selon la police. Des Kurdes venus de tout le pays, et même d'Allemagne ou des Pays-Bas, avaient rallié Bruxelles en compagnie de démocrates turcs, d'Arméniens et de représentants d'autres minorités. "Nous condamnons les attentats d'Ankara. Ce sont des attaques du régime, qui n'a pas encore digéré la défaite qu'il a subie aux élections du 7 juin", a déclaré Uçar Salih, président de la fédération kurde de Belgique. Un nouveau scrutin doit se tenir le 1er novembre en Turquie. Les ressortissants turcs peuvent déjà exprimer leur suffrage dans leur ambassade, située rue Montoyer.


La police a fait usage de gaz lacrymogènes

La police avait bouclé l'artère afin d'éviter toute confrontation, mais la température a augmenté et les pro et anti-Erdogan ont fini par en arriver aux mains. La police n'a pas hésité à faire usage de gaz lacrymogènes et les yeux de certains manifestants, parmi lesquels figuraient des femmes et des enfants, ont subi les effets du gaz. "Cela n'était pas nécessaire", estimait l'un des protestataires.

Selon le porte-parole de la police de Bruxelles, le calme est rapidement revenu. Les manifestants ont ensuite pris la direction de la place du Luxembourg, où le rassemblement s'est poursuivi avec plusieurs discours.

Vos commentaires