En ce moment
 
 

Anvers: le médecin des proxénètes, qui avorte les prostituées de force, peut continuer d’exercer

Condamné pour avortement illégal, le juge anversois n'a pas accédé à la demande de l'Ordre des Médecins de suspendre son droit d'exercer. Résultat, selon une association d'aide locale, il aurait avorté de force d'autres jeunes femmes exploitées depuis sa condamnation.

Un médecin, condamné l'an passé pour avoir pratiqué un avortement illégal sur une prostituée nigériane, pourra continuer d'exercer en tant que médecin à Anvers, rapporte vendredi soir la télévision locale anversoise ATV. L'Ordre des Médecins avait demandé la suspension du médecin devant un tribunal anversois, mais cette demande a été rejetée. Une décision incompréhensible pour l'Ordre et Payoke, le centre d'accueil qui s'occupe notamment de prostituées et avait recueilli la femme concernée par l'acte médical illégal.

"Déjà plus de 100 victimes"

"Nous sommes révoltés que cet homme puisse encore réaliser des avortements illégaux d'une manière inhumaine", déclare-t-on à l'association Payoke, qui ne comprend pas comment un juge peut refuser "comme ça la demande de l'Ordre, alors qu'il y a eu une condamnation claire". Selon l'association le médecin a déjà fait plus de cent victimes et aurait encore sévi malgré sa condamnation. Payoke explique que des souteneurs de tout le pays se rendent chez ce médecin à Anvers avec leurs prostituées enceintes. Du côté de l'Ordre des Médecins, on demande que des mesures urgentes soient prises afin de pouvoir agir plus rapidement. Une proposition en ce sens se trouve d'ailleurs sur la table du cabinet de la ministre Laurette Onkelinx.

Vos commentaires