En ce moment
 
 

Bernadette connait bien Jürgen, le fugitif: "C'est un fauve en cage et maintenant, il est déchaîné"

 
 

Témoignage exclusif dans le RTL info 13h, ce jeudi. Une dame, qui connait bien Jürgen Conings car elle garde régulièrement son berger allemand, notamment lorsqu'il partait en mission. Ses propos apportent un éclairage sur la personnalité de cet homme de 46 ans, toujours recherché dans une vaste zone verte du Limbourg.

Qui est vraiment Jürgen Conings, le fugitif lourdement armé qui a menacé de s'en prendre à Marc Van Ranst, notamment ? Après le témoignage de Gwendy, sa compagne depuis 7 ans, nous avons une autre facette de sa personnalité grâce à une connaissance, Bernadette. "Il y a quelque chose qui a dérapé, pour en arriver là. C'est incompréhensible qu'on puisse changer à ce point-là. Ces armes… son comportement… Je ne le reconnais pas. Ni au fait qu'il puisse être dangereux, non…", nous a expliqué cette dame. 

Quand ils se voyaient, elle jouait parfois un rôle de confidente. "Il y a eu des disputes à l'armée, il était déplacé, il était en sanction… Et ça l'embêtait. Et puis, il n'a plus pu partir en Afghanistan. Il devait choisir entre sa copine ou partir en mission", explique-t-elle.

Elle affirme également que Jürgen "a besoin de sensations fortes, on le sent: une vie de travail de 8h à 16h, ça n'allait pas".

Besoin de sensations fortes

Bernadette ne dort plus très bien pour l'instant. "Le premier jour, je me suis barricadée. Je me suis dit qu'il allait revenir chercher son chien. Il y a trois semaines, il est venu me demander si je voulais lui racheter son chien. Il avait un comportement très énervé, et l'arcade sourcilière ouverte: trois jours auparavant, il s'était disputé. Il m'a dit que c'était une agression sur la route, suite à un refus de priorité. Il avait les doigts cassés. Est-ce que tout ça a déclenché quelque chose ? Je ne sais pas", conclut-elle, espérant qu'il se rende bientôt.

"C'est un fauve en cage et maintenant, il est déchaîné. Mais il n'a encore fait de mal à personne".


 




 

Vos commentaires