En ce moment
 
 

Comment la police tente-t-elle de lutter contre le trafic de drogue au port d'Anvers?

Comment la police tente-t-elle de lutter contre le trafic de drogue au port d'Anvers?
(c)RTLINFO
 
 

Le port d'Anvers est l'une des portes d'entrée de la drogue en Europe. Comment la police tente-t-elle de lutter contre ce trafic? Le magazine Tout s'explique a mené l'enquête.

Douze millions de conteneurs transitent chaque année par le port d'Anvers. Ils sont autant de caches possibles pour les trafiquants de drogue. Et parmi toutes les marchandises, les fruits sont un choix privilégié.

Sara Van Cotthem, responsable communication douane du port d'Anvers: "Voici une image scannée d'une importation de bananes de Colombie. On voit clairement ici que le milieu de la cargaison ne montre plus la forme des bananes, mais plutôt des formes rectangulaires..."

Des sachets rectangulaires qui contiennent 2.000 kilos de cocaïne. Sur cette autre image, on peut voir des ananas venant du Costa Rica.

"Si on filme d'en haut, on voit bien la forme d'ananas, mais ici, dans la partie sélectionnée, c'est plutôt une forme rectangulaire donc pas celle des ananas et c'était apparemment de la cocaïne...", nous montre Sara Van Cotthem.

Que ce soit dans des rondins de bois creusés ou des voitures matelassées avec de la drogue, l'année passée, 90 tonnes de cocaïne ont ainsi été saisies au port d'Anvers mais les douanes luttent aussi contre un autre type de trafic...

Sara Van Cotthem nous montre un mur avec de nombreux objets suspendus: "C'est notre mur de la honte. C'est comme ça qu'on l'appelle. Il donne un bon aperçu des types de produits contrefaits qui sont souvent apportés."

Ces contrefaçons viennent à 80% de Chine et elles se répandent dans tous les domaines. Sara nous présente une poupée Barbie qui s'appelle Beauty.

Et Sara de nous avertir que cela n'est pas sans danger: "Ces contrefaçons sont souvent faites avec des matériaux de mauvaise qualité. La composition n'est pas contrôlée. Cela peut être dangereux pour l'alimentation et les produits de santé..."

Malgré tous ces efforts, il est impossible de tout contrôler. Seules 2% des marchandises du port d'Anvers sont vérifiées.

> L'intégralité du magazine "Tout s'explique" à voir gratuitement sur RTL Play


 

Vos commentaires