En ce moment
 
 

L'incroyable bourde de l'administration flamande

L'incroyable bourde de l'administration flamande

L'administration flamande a voulu tester le niveau de résistance de ses 15.000 fonctionnaires aux méthodes de phishing, l'escroquerie en ligne. Tout part d'une bonne intention mais l'expérience a bien failli mal tourner.

L'administration de la Région flamande a formulé des excuses à la suite de l'envoi d'un mail destiné à tester, il y a une semaine, le niveau de résistance de 15.000 fonctionnaires flamands aux messages de phishing (ndlr: escroquerie en ligne). L'opération a suscité de nombreuses réactions d'inquiétude auprès du personnel.


Une fausse facture de Thalys

L'envoi d'un faux message de phishing s'appuyait sur une fausse facture de Thalys indiquant au destinataire qu'il lui restait un montant à payer pour un voyage effectué et qu'à défaut de la transmission des ses données bancaires, un montant de 20.000 euros serait retiré de sa carte de crédit.


Le logo de Thalys utilisé...sans autorisation

Pour le surplus, la démarche avait été effectuée sans avoir demandé l'aval de Thalys. Le logo de la société avait été utilisé. Thalys a été submergé de questions, voire de plaintes, tout comme la police et certains organismes bancaires. "Nous voulons nous excuser auprès de tous les collègues inquiets", lit-on, dans un message envoyé aux fonctionnaires flamands.


L'administration flamande présente ses excuses

L'administrateur général de l'agence pour le "Facilitair Management" a concédé s'être vite aperçu de l'erreur commise par l'autorité flamande. "Nous avons dérapé en tant qu'administration. Un grand mea culpa à Thalys. Nous n'avions pas demandé d'autorisation d'utiliser son logo", a-t-il expliqué lundi, ajoutant que des excuses avaient été adressées à l'ensemble des parties concernées.


Pas de poursuites

La société de transport ferroviaire a reçu, de son côté, une centaine d'appels de fonctionnaires flamands inquiets, a expliqué lundi la porte-parole de Thalys, précisant qu'il n'y aurait toutefois aucune action judiciaire à la suite des excuses formulées pour l'utilisation du logo de la société sans lui en avoir demandé l'autorisation.

Vos commentaires