En ce moment
 
 

Meurtre dans une maison de repos en Flandre: un résident suspecté d'avoir étouffé un copensionnaire

Meurtre dans une maison de repos en Flandre: un résident suspecté d'avoir étouffé un copensionnaire
©Belga
 
 

Un résident d'une maison de repos de la commune de Destelbergen, en Flandre (à l'est de Gand), a été arrêté puis transféré en prison après le décès suspect d'un autre pensionnaire, a rapporté mercredi le parquet, qui ne veut pas donner pas plus de détails pour le moment.

La police et le parquet avaient été informés lundi de la mort suspecte d'un homme dans une maison de repos du village de Heusden, dans la commune de Destelbergen. "Le procureur a saisi le juge d'instruction, qui s'est rendu sur place, en compagnie du médecin légiste, de la police judiciaire et du laboratoire. Un suspect a été interpellé. Il s'agit d'un résident de la maison de repos. L'homme a été présenté au juge d'instruction de Gand lundi soir. Il a été placé sous mandat d'arrêt et transféré en prison", a rapporté le procureur.

 Le suspect âgé de 99 ou 100 ans

Selon les premières informations, le suspect est âgé de 99 ou 100 ans, ce qui en fait probablement le détenu le plus âgé du pays puisque selon des chiffres de 2020, la Belgique comptait dans ses prisons dix détenus âgés de 80 à 89 ans et aucun détenu âgé de plus de 90 ans.

Le parquet n'a néanmoins pas souhaité divulguer l'âge des personnes impliquées. La victime, d'après les dires de ses proches, était âgée de 75 ans et a probablement été tuée au hasard, étouffée par un coussin. Il ne connaissait en effet pas le suspect. Ce dernier était arrivé depuis peu au home et dans un service différent de celui de la victime.

"Le personnel de la maison de repos a abordé les faits de manière très sereine"

La direction du home "Kouterhof" ne souhaite pas non plus commenter l'affaire. "Le personnel de la maison de repos a abordé les faits de manière très sereine", a réagi Elsie Sierens, bourgmestre de Destelbergen. "Je veux les en remercier et exprimer mes profondes condoléances à la famille du défunt. C'est irréel que quelque chose comme ça puisse arriver. Personne ne devrait avoir à perdre un membre de sa famille de cette façon. Les premières heures de l'enquête ont été cruciales et, en concertation avec le parquet, aucune information n'a pu être divulguée. Nous devons maintenant attendre les conclusions de l'enquête pour savoir ce qui s'est réellement passé."




 

Vos commentaires