En ce moment
 

Producteur de fruits, Eric protège son champ de la grêle grâce à cet outil surprenant connecté à son smartphone

Les orages et la grêle peuvent sérieusement endommager les cultures. C'est la raison pour laquelle Eric Jadoul, producteur de pommes et de poires en Hesbaye, utilise depuis 15 ans un canon anti-grêlon. Une machine qui envoie des impulsions d'air dans les nuages et qui permet donc d'éviter la formation des grêlons.

"Il y a une carte SIM dans le canon"… et en quelques secondes, l’impulsion est envoyée dans le nuage. A l’approche des orages, c’est le même rituel. Eric Jadoul, fruiticulteur à Gingelom, dans le Limbourg, active son canon anti-grêle pour protéger les 90 hectares de sa production de pommes et de poires.

"Nous avons des bonbonnes d’acétylène, explique-t-il au micro de Mathieu Langer et Samuel Lerate. C’est un gaz extrêmement explosif qui, mélangé avec un petit peu d’air sec plus une étincelle donnée par des batteries électriques, va nous donner une explosion de 130 décibels."


"On fait tomber l'eau le plus vite possible"

Un déplacement d’air ultra puissant qui couvre 500 mètres de rayon. Les ondes, envoyées toutes les 5 secondes, vont ainsi perturber la formation du grêlon. "Il ne faut certainement pas croire que l’on déplace le nuage vers le voisin qui lui aura la grêle. C’est tout à fait faux. On fait tomber l’eau le plus vite possible pour qu’elle reste à l’état liquide."

Depuis 15 ans, même ses voisins sont plutôt contents d’une telle acquisition. "Tout au début, les voisins du village étaient fâchés du bruit que cela faisait. Maintenant, l’idée a vraiment changé et il me demande : "Pourquoi tu ne l’as pas mis en route ? L’autre jour, c’était vraiment dangereux". Ils se rendent compte que je les protège également, je protège leur véranda, leur potager."

Le canon anti-grêle est devenu un outil indispensable. La production n’a jamais été endommagée et la récolte de septembre s’annonce déjà excellente.

Vos commentaires