En ce moment
 
 

Explosion de gaz dans un immeuble d'habitation à Turnhout: 4 personnes toujours portées disparues

 
 

Quatre personnes sont toujours portées disparues à la suite de l'explosion qui a soufflé un immeuble à appartements à Turnhout (Anvers), a indiqué vendredi en fin d'après-midi le bourgmestre Paul Van Miert lors d'une conférence de presse.

Une importante explosion de gaz a eu lieu ce vendredi dans un immeuble d'habitation de la Boerenkrijglaan à Turnhout, dans la Campine anversoise, a annoncé la police locale. Appartements béants, objets éparpillés, débris de verre qui parsèment la rue à des dizaines de mètres aux alentours… Les dégâts sont considérables. 

Quatre personnes qui habitent à cette adresse sont toujours portées disparues. On ignore si ces personnes se trouvaient chez elles au moment de l'explosion ni si des visiteurs étaient présents à l'intérieur.  

Les services de secours avaient commencé à creuser un tunnel afin d'extraire une femme, piégée sous les décombres et qui avait pu être localisée. Mais ils ont dû abandonner cette piste car trop risquée. Les secours estiment que d'autres personnes se trouvent coincées. Le bilan actuel, fait état d'une victime, blessée, transportée à l'hôpital.  L'immeuble, haut de quatre étages, s'est partiellement effondré après la déflagration.

L'immeuble de quatre étages s'est partiellement effondré après la déflagration. 

"Je dormais et j’ai entendu un énorme bruit et la maison a tremblé. Je suis allé à la fenêtre pour regarder parce que c’était vraiment pas normal. Quand j’ai ouvert la fenêtre, j’ai vu beaucoup de monde. Je suis allé voir les dégâts", raconte un homme.

"On est allés dehors. Tous les enfants se sont mis à pleurer. Ils croyaient que c’était notre maison, raconte un autre. C’était si fort que les portes de ma maison ont tremblé. Je me suis directement réveillé et j’ai été voir en bas si je pouvais voir quelque chose mais je ne voyais rien. J’entendais seulement les sirènes des pompiers, des ambulances et un hélicoptère."

Le plan d'intervention médicale a été déclenché et les services de secours de plusieurs zones environnantes ont été déployés. La police a mis en place un périmètre de sécurité et demande aux habitants d'éviter la zone afin de ne pas gêner l'intervention des services de secours. 



L’explosion est due à une fuite de gaz. Une personne a pu être secourue ce matin et emmenée à l’hôpital dans un état stable. Une autre reste coincée dans le bâtiment mais elle reste en contact avec les secours et confirme être en bonne santé.

"On cherche maintenant huit personnes qui on ne sait pas à ce moment ci où ils sont dans le bâtiment ou au travail avec des amis, ou la famille", explique Paul van Miert, bourgmestre de Turnhout.

Un travail de recherche et de déblayage délicat car le bâtiment est très instable. Une enquête a été ouverte pour comprendre ce qui a pu se passer. 

La compagnie de bus De Lijn a averti qu'en raison de l'incident plusieurs lignes sont déviées et certains arrêts ne sont plus desservis.



Notre journaliste Claire Carosone était à Turnhout, en duplex pour le RTLINFO 13H : "Les secours sont à pied d’œuvre. La police, les pompiers, la protection civile et d’énormes engins de chantier et de déblayage qui vont et viennent sans s’arrêter depuis ce matin. Mais les recherches sont rendues très compliquées par le fait que le bâtiment est très instable. C’est en fait toute la partie centrale qui a été éventrée. Une partie évidemment cruciale pour la stabilité du bâtiment. Et puis à partir de 12h, un autre point d’inquiétudes est venu s’ajouter. Les pompiers ont commencé à sentir une très forte odeur de gaz. Ils ont donc dû élargir la zone de sécurité autour du bâtiment. Malgré tout cela, les secours essayent d’aller le plus vite possible puisqu’il reste encore une personne qui est coincée dans les débris et qui est en contact avec les secours. Elle dit être en bonne santé. Mais il faut désormais la désincarcérer. Et puis il reste encore 8 autres personnes qui sont portées disparues. On ne sait pas si elles étaient dans le bâtiment au moment de l’explosion ou si elles étaient en sécurité à l’extérieur."
 


 




 

Vos commentaires