En ce moment
 
 

"Les vibrations, les boues, la poussière": des riverains s’opposent au passage de 6.000 tracteurs bennes dans leurs rues à Villers-Perwin

"Les vibrations, les boues, la poussière": des riverains s’opposent au passage de 6.000 tracteurs bennes dans leurs rues à Villers-Perwin
©Pixabay
 
 

C’est un projet qui inquiète les riverains de plusieurs rues de Villers-Perwin sur la commune des Bons Villers (dans le Hainaut) : le passage de 6000 tracteurs bennes dans leur rue, soit 6 tracteurs de 44 tonnes par jour pendant 5 ans parfois sur des voiries étroites ou pavées. Un va-et-vient pour remblayer 84.000 mètres cubes de terre à Sart-Dames-Avelines, dans la commune voisine de Villers-la-Ville (Brabant wallon).

Un bruit de camion au moins six fois par jour... Les 200 habitants des rues du Warchais et Dominique Seret ne sont pas prêt à le supporter. Tanguy a lancé une pétition avec d’autres riverains : "Les vibrations, les boues, la poussière… Il est à supposer que ces transports seront concentrés à des moments bien précis, pour avoir un charroi incessant".

On veut empêcher physiquement les camions de passer

Marie-Laurence craint aussi pour sa sécurité et celle des autres : "On a un petit peu peur de la circulation que cela va représenter, des nuisances pour les maisons. Et puis, ici ce sont des rues remplies d’enfants".

D’autres riverains, comme Jean, déplorent le manque de communication autour de ce projet, alors que l’enquête publique se termine déjà ce jeudi : "Ils ont mis les panneaux à 3, 4 km d’ici à Sart-Dames-Avelines, moi, je suis à Villers-Perwin, évidemment à vol d’oiseau. Mais je ne suis pas encore Spiderman et je suis révoltée".

Opposition également du bourgmestre des Bons Villers, Mathieu Perin, qui affirme qu’il fera tout pour que ces tracteurs ne passent pas : "Je n’ai pas encore de solution du code la route mais on veut empêcher physiquement les camions de passer". Un bourgmestre qui souhaite négocier au plus vite avec la commune de Villers-la-Ville et la société chargée du remblai pour trouver un autre itinéraire moins impactant pour les riverains.


 

Vos commentaires