En ce moment
 

3 frères, bien connus du grand banditisme, sur le banc des accusés du Tribunal correctionnel de Charleroi pour un double braquage

9 personnes sont jugées au tribunal correctionnel de Charleroi pour un double braquage, dont un avec prise d'otage, à Gosselies. La cible est la société qui fournit l'aéroport en produits détaxés. Sur le banc des accusés se trouvent 3 membres d'une même famille carolo, bien connue dans le milieu du grand banditisme, comme l'ont constaté Benjamin Samyn et Michaël Harvy pour le RTL info 13 heures.

Le 23 avril 2016 à 2 heures du matin, Jean-Pierre est au travail à proximité de l’aéroport de Bruxelles-sud Charleroi. Les produits de luxe qu’il charge sont vendus détaxés dans le terminal ou dans les avions. Et c’est la cible des malfrats qui viennent de s’introduire sur le site de l’entreprise.

"À un moment donné, alors qu'ils sont en train de charger, il y a deux hommes qui arrivent sur eux, cagoulés, masqués, avec des armes. Et à ce moment-là, ils sont braqués. On les met par terre à plat, on les attache avec des liens Colson", raconte Marc Faelli, avocat de l'une des parties civiles.

Munis d’images de vidéo de surveillance, les enquêteurs lancent un appel à témoin et font le lien entre deux casses qui touchent, à un mois d’intervalle, cette entreprise qui fournit des produits détaxé à l’aéroport carolo.


"Il conteste de manière énergique"

"Il y a un premier fait qui est un vol avec effraction à l'intérieur du terminal de l'aéroport. Ce sont des faites qui se sont déroulés au mois de mars. Le second fait est un braquage, toujours au même endroit", explique Thomas Puccini, avocat de l'un des suspects.

Lorsque l’enquête aboutit, parmi les 9 suspects, il y a 3 frères de la Famille Toto, dont Rachid, bien connu dans le milieu du grand banditisme à Charleroi.

"J'ai l'impression qu'on se trouve dans une situation où il doit quasiment arriver à démontrer qu'il n'était pas présent et qu'il est innocent. Il faut aussi constater que très vite, l'enquête s'est centrée sur lui, des devoirs ont pu être réalisés, mais aujourd'hui, il conteste toujours de manière énergique, de manière constante", argument Fabian Lauvaux, avocat de 2 frères de la famille Toto.

Quant au butin, il est estimé à environ 150.000 euros. L’interrogatoire des suspects par le président devrait aura lieu cet après-midi.

 

 

 

Vos commentaires