En ce moment
 
 

5 mois après notre reportage, la commune d'Antoing a enfin trouvé un médecin: un soulagement pour le bourgmestre et les habitants

 
 

La Belgique manque de médecins dans plus d'une commune sur deux. Il y a quelques mois, nous avions rencontré des médecins qui tentaient de trouver des successeurs. Aujourd'hui, la situation reste très compliquée.

Le 16 février dernier, nous avions rencontré le Dr Di Giacomo. Le praticien enchaînaient entre 40 à 50 visites quotidiennes à Quaregnon. "Je croule sous les demandes de visites et de consultations. Je finis parfois à 3h du matin", déplorait-il.  

Aujourd'hui, rien n'a changé. Ce docteur n'a toujours pas trouvé de successeur. Il fêtera ses 65 ans en octobre mais pas de pension prévue. "Je ne peux pas laisser mes patients dans la nature. Je suis obligé de continuer. C'est l'âge légal de la pension mais ce n'est pas prévu que j'arrête", souffle-t-il.

Lors de notre premier reportage, nous nous étions également rendus à Antoing, où la commune aménageait l'ancienne maison communale en un cabinet médical. Le but: mettre les locaux à disposition de jeunes médecins. "J'espère qu'un jeune puisse venir dans ce local mis à disposition gratuitement", nous confiait alors le bourgmestre Bernard Bauwens. 

40 communes en pénurie grave

Après 5 mois de recherche, la commune a trouvé. Une jeune généraliste de 27 ans s'installera en décembre. "Il y a une volonté de s'installer dans une région où la demande en terme médical est plus importante. On sait qu'en Belgique, ce n'est pas tout à fait homogène par région. Il y a des zones de où les populations ont moins de possibilités d'être d'être suivies régulièrement", indique Dr Sophie Degraeve.

Un soulagement pour le bourgmestre car il n'y avait médecin généraliste à Bruyelle (Antoing). "On a une cité sur Bruyelle donc les gens avec les enfants pourront venir pour une consultation proche de leur maison", souligne Bernard Bauwens.

Aujourd'hui en Wallonie, plus d'une commune sur deux est en pénurie dont 40 en pénurie grave. C'est-à-dire qu' il y a moins de 5 médecins généralistes pour 10.000 habitants. 


 

Vos commentaires