A Charleroi, la destruction de bâtiments abandonnés a commencé: ce qui servait de salle de shoot aux drogués n'existera bientôt plus

La démolition d'un des derniers chancres à Charleroi a commencé. Cet ensemble d’immeubles vétustes, était jusqu'alors très visible, à l’entrée de la ville. Ce chantier marque le début de la réhabilitation de tout un quartier. Les riverains se disent d'ailleurs "soulagés".

Il est 8 heures lorsque Adrien Piedboeuf, conducteur des travaux. effectue un dernier contrôle avant que les engins n'entrent en action. Dans cet ensemble d'immeubles vétustes, on identifie des traces de vie. Un lit, des effets personnels... 

L’occupant est toxicomane et vient de quitter les lieux. "Cette nuit, il y avait encore 5 personnes, j'en ai vu 3 à 7 heures du matin s'en aller, je pense qu'il y en a encore 2 dans les bâtiments qu’il faut faire partir", explique Adrien Piedboeuf.

Le site est une balafre à l’entrée de la ville. Sur le petit ring, impossible de louper les bâtiments abandonnés depuis une dizaine d’années. 

Le tour continue dans des espaces lugubres. Jusqu’à 15 personnes ont occupé ces immeubles vétustes. Plus loin, dans les douches de l’ancien hall sportif, on distingue la salle de shoot pour les drogués.


"C'était vraiment sale ici"

"Pour les hommes qui vont devoir travailler et empoigner ce genre de matériel, c'est très dangereux. Si on les rencontre, on ne sait pas si sous influence ou en manque. On ne sait pas trop comment ils vont réagir donc c'est un problème pour nous", remarque le conducteur des travaux.

Les riverains se disent quant à eux soulagés de voir ce chancre et ses nuisances disparaître. "Je vais pouvoir dormir tranquillement, tout va être bien propre. C'était vraiment sale ici", résume un riverain.

Le terrain s’étend sur 2 hectares et demi. Dans 5 ans, un nouveau quartier sortira de terre avec 150 logements et 7000 m2 bureaux.

"C'était une nécessité absolue de devoir traiter ce quartier. A partir de là, on va pouvoir faire revivre un certain nombre de choses, d'autant que le palais des congrès va avoir une transformation assez conséquente", déclare Fabrice Jacqmin, directeur immobilier de la société de logements La Sambrienne.

Une autre démolition touche à sa fin: celle de l’hôpital civil. Un autre espace libéré au cœur de la ville…

Vos commentaires