En ce moment
 
 

Ascenseurs en panne et fissures dans les murs: l'état du palais de justice de Charleroi inquiète le personnel

 
 

Sur les sept ascenseurs du palais de justice de Charleroi, seuls quatre sont encore opérationnels. Ce dysfonctionnement, qui peut paraître anecdotique, a en réalité des conséquences bien réelles pour le personnel. Des fissures apparaissent également dans les murs. L’état de délabrement du bâtiment inquiètent les travailleurs.

Les ascenseurs pour les membres du personnel sont tous hors-service. Ils ne répondent plus aux normes de sécurité. Les employés doivent donc emprunter un des rares ascenseurs destinés au public qui fonctionne. "Constamment, on doit attendre entre 10 et 15 minutes pour prendre un ascenseur et on doit les prendre au quotidien trois fois par jour", déplore Stéphane Lemko, technicien de surface.

Le trajet jusqu’au conteneur comporte des escaliers et, à chaque fois, il faut transvaser les déchets sur un autre charriot. Un parcours beaucoup plus long et fastidieux pour Stéphane. "Au quotidien, ça me prend 5 minutes d’aller déposer les déchets ménagers mais maintenant ça prend un quart d’heure voire parfois plus. Ce temps d’attente des ascenseurs, c’est interminable", poursuit le technicien de surface.

Si je dois faire tout par les escaliers, à mon avis l’audience ne commencera jamais à temps

Les sept ascenseurs du palais de justice tombent régulièrement en panne depuis plus d’un an. Cela engendre aussi des problèmes de sécurité lorsqu’il faut amener des détenus aux audiences. Des audiences qui débutent aussi parfois en retard si les dossiers ne sont pas acheminés dans les temps. "Il faut s’y prendre à l’avance, ça certainement", confie Olivia Vidrequin, greffier correctionnel. "Ça, ce n’est qu’un dossier, poursuit-elle en désignant un énorme tas de paperasses. Et il faut savoir qu’une audience comprend quand même plusieurs dossiers. Donc si je dois faire tout par les escaliers, à mon avis l’audience ne commencera jamais à temps."

Au fil des années, de nombreuses fissures sont aussi apparues dans le service des archives, au sous-sol. "Voilà ici, à nouveau un problème. Chambranle qui bouge, fissure qui s’est aggravée avec le temps", désigne Santo Antinoro, collaborateur support technique.

Une fissure qui laisse entrevoir le métro...

Dans le local où sont stockées les pièces à conviction, Santo parvient même à glisser une main dans une fissure de plus de deux centimètres. Une ouverture qui laisse apparaître le métro de Charleroi… "On sent le vent, on entend les navetteurs, on entend le métro. On est vraiment juste au-dessus de la rame", poursuit le collaborateur support technique.

La régie des bâtiments assure qu’il n’y a pas de problème de stabilité, d’après le monitoring qui est en cours. Pour les ascenseurs, l’administration dépend de la société qui effectue les entretiens. La livraison des pièces à remplacer est prévue pour la fin de cette année.


 




 

Vos commentaires