En ce moment
 
 

Charles Michel suite à l'agression de Charleroi: "Les premières indications vont très nettement vers la piste terroriste"

Le Premier ministre Charles Michel était interviewé en direct dans le RTLinfo 19H suite à l'agression de deux policières ce samedi à Charleroi par un homme armé d'une machette. Il estime que les premières indications vont "très nettement vers la piste terroriste".

Interrogé en direct par Olivier Schoonejans, le Premier ministre confirme avoir demandé à l'OCAM de procéder à une réévaluation de la menace terroriste "sur base des informations que l'on reçoit dès lors que l'enquête a démarré". Peu de temps après l'interview, l'OCAM a annoncé maintenir le niveau de menace à 3 sur une échelle allant jusque 4.


"Attaque avec une connotation terroriste"

"Je peux vous confirmer que l'auteur est décédé et que nous sommes en train d'essayer d'identifier cet auteur", confie le Premier ministre. Charles Michel affirme que "les premières indications vont très nettement vers la piste terroriste, sur base des premiers témoignages qui ont été recueillis. Je veux évidemment être prudent à ce stade pour permettre à l'enquête de se développer, mais ça semble être de nouveau une attaque avec une connotation terroriste".

Le Premier ministre rencontrera ce dimanche matin les différents services de sécurité. "Je suis à l'étranger, je rentre vers Bruxelles pour être présent dès demain matin à Bruxelles", explique Charles Michel.


Les policiers sont-ils suffisamment protégés?

Olivier Schoonejans a demandé au Premier ministre si les mesures étaient suffisantes pour assurer la sécurité des policiers. "C'est une préoccupation que nous avons depuis un certain temps maintenant. Avec les représentants des services de police nous regardons comment on peut améliorer la situation. Nous sommes toujours prêt à tirer les leçons pour l'avenir et faire en sorte d'élever les niveaux de sécurité pour des personnes qui exercent une fonction extrêmement importante", explique Charles Michel, remerciant les services de police pour leur travail.

Vos commentaires