Comines: ouverture d'une enquête après le décès d'un chasseur

Accident de chasse mercredi à Comines qui nous rappelle que ce sport comporte de nombreux dangers. Un chasseur a malencontreusement tiré sur son voisin qui est décédé.

Le parquet de Tournai a ouvert une information pour homicide involontaire après le décès, mercredi, d'une personne lors d'une partie de chasse à Comines, a-t-il indiqué jeudi. La victime était âgée de 65 ans.

Un coup de feu accidentel

Les faits se sont déroulés sur un terrain proche de la Drève des Rabecques à Ploegsteert, dans l'entité de Comines-Warneton, à l'occasion de l'ouverture de la chasse au gibier d'eau. Le parquet de Tournai-Mons a indiqué avoir ouvert une information judiciaire pour homicide involontaire, éventuellement par défaut de prévoyance et précautions. L'arme du tireur a été saisie et une analyse toxicologique a été pratiquée. "Selon les premiers éléments de l'enquête, le tireur était assis sur un siège à trois pieds qui aurait vacillé", explique Frédéric Bariseau, 1er substitut du procureur du roi de Tournai. "A la suite de cette perte d'équilibre, un coup de feu aurait été tiré accidentellement. La déflagration a touché la victime au flanc gauche. Parmi les chasseurs, il y avait un médecin qui a rapidement prodigué les premiers soins et opéré un massage cardiaque dans l'attente des secours. Ce sont des secouristes du SMUR d'Armentières (France) qui sont arrivés les premiers sur les lieux. Les urgentistes n'ont rien pu faire pour ramener la victime à la vie."

Venant de toute la Belgique, une vingtaine de personnes avaient été invitées par le propriétaire des lieux pour l'ouverture de la chasse. Les chasseurs avaient été scindés en trois zones de tir. Lors du drame, la victime était à proximité d'un plan d'eau et d'une roseraie. L'intéressé était en poste dans un chemin traversant cette roseraie et les chasseurs étaient en ligne, séparés par une distance de 5 à 6 mètres. Selon le parquet, les armes étaient chargées mais fermées. Une enquête a été ouverte par la police judiciaire fédérale (PJF) de Tournai-Mons. Un médecin légiste a pratiqué sur place un examen externe et un expert en balistique est descendu sur les lieux. On attend à présent les conclusions des experts.

Vos commentaires