En ce moment
 
 

Deux mois après les élections, où en sont les gouvernements?

Il y a deux mois, nous nous rendions dans les urnes. C'est donc l'occasion de dresser un bilan de ces scrutins. Aujourd'hui, seuls les gouvernements bruxellois et germanophones ont été formés. Ailleurs, ça négocie encore et toujours.

Il y a eu les votes et les résultats. Rappelez-vous, le 25 mai dernier, Elio Di Rupo, président du PS, s'exclamait "Nous sommes la première force politique en Wallonie". De son côté, Bart De Wever, président de la N-VA lâchait: "La bonne nouvelle est que nous restons le plus grand parti de Flandre… et de loin". "Les Ecolos gagnent ces élections", déclarait Zakia Khattabi, co-présidente du parti. 

L'extrême droite, le Vlaams Belang, devenait quant à elle le 2e parti au nord du pays. Et à la gauche de la gauche, on a observé la montée du PTB.

Mais en Belgique, il faut concrétiser ces résultats. Terre de compromis, il faut négocier et trouver des majorités. Mission réussie pour la région Bruxelloise et son gouvernement Vervoort III composé des familles socialistes et écologistes, de DéFI, et de l'Open Vld. Avec le gouvernement germanophone, ce sont les deux seuls en place aujourd’hui.


Deux informateurs: Didier Reynders et Johan Van De Lanotte

Pour le reste, c’est plus compliqué. En Région Wallonne, l’heure est à la négociation. PS et Ecolo n’ont pas réussi à deux. Ils tentent donc l’aventure avec le MR.

En Flandre, l’homme qui à la main c’est Bart de Wever, le président des nationalistes flamands. Il attend de voir ce qui se trame au Fédéral.

Pour cela, il faut se rendre au palais royal, face visible d’une mission d’information la plus longue de notre histoire. Ils sont toujours deux, Didier Reynders et Johan Van De Lanotte. Une note sur les priorités de la Belgique… Ils tentent toujours d’organiser une rencontre entre le PS, le sp.a, le MR, l'Open Vld, Ecolo, Groen, la N-VA et le CD&V.

Lundi, ils ont rendez-vous à nouveau chez le Roi Philippe. Ils vont devoir remettre leur 4e rapport, intermédiaire ou final, constat d’échec ou réussite. Le temps passe et ce niveau fédéral est pour le moment le plus complexe à gérer. 

Vos commentaires