En ce moment
 
 

En aveu, l’ex-compagnon d’Aurélie Montchery, "regrette sincèrement": "Il ne comprend pas comment il a pu en arriver là", assure son avocate

Sébastien de Leenheer a comparu ce matin devant la chambre du conseil de Charleroi. Il est détenu pour avoir tué son ex compagne à Bouffioux. La chambre du conseil a confirmé jeudi la détention préventive. Le corps sans vie de la victime avait été découvert vendredi en fin de journée dans le coffre d'un véhicule à Bouffioulx. Son ex-compagnon expliquait avoir vu rouge lors d'une rencontre vendredi en matinée. La mère de famille avait subi de nombreux coups de briques sur le crâne et plusieurs coups de couteau sur le corps.

Il est environ 8h40 lorsque le fourgon transportant Sébastien de Leenheer arrive au palais de justice de Charleroi. Sa comparution devant la chambre du conseil dure environ une demi-heure. D’après son avocate Marie-Cécile Deprez, l’ex-compagnon d’Aurélie Montchery conteste avoir prémédité son acte. Elle indique: "Il regrette sincèrement les faits. Il l'a déjà dit dans le cadre de ses auditions et l'a encore dit à la chambre du conseil. Il ne se l'explique pas. Certes, il a reconnu les faits mais il ne parvient pas à comprendre comment il a pu en arriver là. Je pense que ça aussi, ça va être un travail à faire".

Depuis le week-end dernier, le quadragénaire est incarcéré à la prison de Jamioulx pour l’assassinat de son ex-compagne, une mère de famille âgée de 34 ans.

"Beaucoup de choses sont floues"

Le but: décider si le mandat d’arrêt décerné dimanche dernier est prolongé ou pas. Une ordonnance sera rendue dans l’après-midi. "Cette ordonnance dira certainement que Monsieur est maintenu en préventive pour un mois cette fois-ci puisque nous avons comparu ici dans les 5 jours. On comparaîtrait alors dans un mois pour examiner les nouveaux éléments et de nouveau s'expliquer devant la Chambre du conseil", ajoute son avocate. 

En aveux, Sébastien de Leenheer dit ne pas se rappeler de tous les détails. Il reste donc encore beaucoup de questions sans réponse. De nombreux devoirs d’enquête devront être réalisés. "Il m'indique que ça se bouscule un peu dans sa tête et que beaucoup de choses sont floues", poursuit Marie-Cécile Deprez.

La chambre du conseil de Charleroi a confirmé ce jeudi la détention préventive du suspect. Sébastien De Leenheer devra à nouveau passer devant la chambre du conseil le 7 décembre.

Vos commentaires