En ce moment
 

Frameries doit réimprimer 16.000 convocations électorales: les habitants ont été convoqués au mauvais bureau de vote

Frameries doit réimprimer 16.000 convocations électorales: les habitants ont été convoqués au mauvais bureau de vote

Certains électeurs ont été invités à aller voter dans des bureaux de vote parfois très éloignés de leur domicile, alors qu'il y en a un près de chez eux. La faute au critère sélectionné. On a, en fait, dressé les listes par ordre alphabétique et non en fonction du lieu d'habitation, comme c'est normalement prévu. La commune a, donc, décidé de ré-imprimer près de 16.000 convocations.

Habiter à moins de 100 mètres d'un bureau de vote et être envoyé à plus de 2 kilomètres de chez soi. Une mauvaise surprise pour plusieurs habitants de la commune de Frameries.

"Avant j'allais voter en face de chez moi. Et maintenant, c'est à l'autre bout de la ville. C'est un peu dommage mais on ne nous demande pas notre avis. On nous l'impose", indique Véronique. 

La société privée chargée des convocations reconnaît une erreur. Elle a découpé les listes d'électeurs selon un ordre alphabétique et non selon les adresses, et donc des quartiers, comme c'est le cas depuis 20 ans.


Plus de 15.000 convocations à renvoyer

"La commande a été faite correctement au niveau de l'administration communale. Il y a eu une erreur mais la firme n'a pas encore pu nous dire où", explique Philippe Wilputte, directeur général de la commune de Frameries. 

Une fois l'erreur découverte, les autorités communales ont décidé hier, en urgence, de tout recommencer. A Frameries, il y 15.971 électeurs. Autant de convocations à renvoyer à la charge de la société privée.


Des mesures sont prises

Des précautions bien visibles sont prises pour éviter le double vote. "Pour cela, nous allons envoyer de nouvelles convocations avec une mention spécifique indiquant qu'elles annulent et remplacent les précédentes", remarque le directeur. 

Ces nouvelles mesures ont été "validées par la Région wallonne et les services du gouverneur". "On va inonder les citoyens d'explications pour que le jour des élections", souligne Philippe Wilputte.

Vos commentaires