Il écope d'un an de prison avec sursis pour avoir foncé sur des policiers à Thiméon: "C'est une tentative de meurtre !"

Il écope d'un an de prison avec sursis pour avoir foncé sur des policiers à Thiméon:

Un jeune Carolo a écopé d'un an de prison avec sursis pour rébellion armée et coups et blessures sur agent de la force publique, ce lundi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi. En novembre dernier, il avait foncé sur deux policiers qui, en état de légitime défense, avaient ouvert le feu à 11 reprises.

Le 4 novembre 2017, une équipe de la zone Brunau (Fleurus - Pont-à-Celles - Les Bons Villers) repérait deux véhicules stationnés au bout d'un chemin de terre dans la campagne de Thiméon, un lieu connu pour le trafic de drogue. Lorsque les policiers se sont approchés, les deux voitures ont tenté de prendre la fuite. L'une d'elles y est parvenue tandis que l'autre a effectué une marche arrière dans la boue sur 40 mètres avant de s'immobiliser.

"Un passager est descendu et s'est dirigé vers le coffre, comme s'il allait y chercher une arme", a précisé Me Mayence, partie civile pour les deux policiers victimes des faits.


"C'est une tentative de meurtre"

"Quand les inspecteurs se sont approchés à pied, la voiture a redémarré sur les chapeaux de roues et foncé sur le premier policier qui s'est écarté mais a été touché à la main. Le conducteur a ensuite braqué pour se diriger vers l'autre inspecteur qui a dû sauter pour ne pas être écrasé. Selon moi, c'est une tentative de meurtre !", s'est exclamé l'avocat. 

En état de légitime défense, les agents ont ouvert le feu à 11 reprises, atteignant la voiture qui a toutefois pu fuir. "Le prévenu a tenté d'embrouiller le dossier dès le début", regrette le substitut Vervaeren.


Deux ans de prison requis

"Il a d'abord envoyé quelqu'un se dénoncer à sa place. Et nous aurons toujours un doute sur le fait que son frère était peut-être au volant. Une chose est sûre : on n'est pas au far west. Si les policiers ont tiré, c'est parce qu'ils étaient en danger. Le prévenu aurait pu être légitimement abattu", a-t-il précisé. 

Au terme de son réquisitoire, le parquet a requis deux ans de prison et la confiscation de la voiture. Me Lauvaux a rappelé que son client était en aveux et qu'il avait fui uniquement par peur, étant donné qu'il était en déchéance du permis de conduire et qu'il avait bu. L'avocat a par ailleurs demandé à ce que la voiture, qui appartient à la mère du prévenu, ne soit pas saisie.

Cette demande a toutefois été refusée par le tribunal qui a ordonné la saisie du véhicule. Le jeune homme, lui, écope d'un an de prison avec sursis.

Vos commentaires