L'ex-directeur de l'Institut Saint-Joseph de La Louvière avait eu deux relations sexuelles avec son propre étudiant mineur qui se prostituait

L'ex-directeur de l'Institut Saint-Joseph de La Louvière avait eu deux relations sexuelles avec son propre étudiant mineur qui se prostituait

La troisième chambre de la cour d'appel du Hainaut a confirmé, mercredi, la suspension probatoire du prononcé de la condamnation pour une durée de cinq ans, octroyée par le tribunal correctionnel du Hainaut, division de Mons, à l'ancien directeur de l'Institut Saint-Joseph de La Louvière-Le Roeulx qui était poursuivi pour exploitation de la prostitution d'un mineur, en l'occurrence un élève qui se prostituait. Les faits ont eu lieu en 2015.

Le prévenu était entré en contact avec l'élève, âgé de 17 ans, par le biais d'internet. Ce dernier se prostituait chez un transsexuel à La Louvière. Ils ont eu deux relations sexuelles, l'une chez le transsexuel et l'autre dans la voiture du directeur.

Bien qu'il avait plusieurs clients, le jeune homme avait gardé les messages de son directeur dans son téléphone. "Il voulait avoir quelque chose pour se protéger si le directeur tentait de le nuire", avait affirmé l'avocat de la défense lors du procès. Étrangement, l'adolescent a réussi son année scolaire malgré l'avis négatif du corps enseignant.

Les rapports d'expertise ont démontré que l'ancien directeur n'était pas un prédateur sexuel et qu'il s'était remis en question. "Il croule sous le poids de sa faute, morale qui est devenue pénale. Il n'a exercé aucune contrainte physique et morale sur ce jeune à qui cela ne posait pas de problème d'entretenir des relations sexuelles avec le directeur de l'école", avait commenté son avocat.

Une fois inculpé, le directeur avait été invité à démissionner de son poste.

Vos commentaires