En ce moment
 
 

L'individu qui avait mis le feu à des ruches avec un chalumeau à Châtelet refait surface: Pierre-Marie a reçu des menaces

Des ruches et des abeilles ont été brûlées au chalumeau à Châtelet. L'élevage de Pierre-Marie a été incendié en 2017. Il y a quelques semaines, la ruche et le hangar d'un de ses voisins ont subi le même sort. Il y a peu, Pierre-Marie a reçu de nouvelles menaces très explicites. Le riverain s'inquiète. La commune s'est portée partie civile alors que l'enquête est toujours en cours.

Victime de l'incendiaire il y a deux ans, et à nouveau menacé il y a quelques jours, Pierre-Marie n'en peut plus. "Il y a quelqu'un dans le voisinage, ou qui vient d'ailleurs s'il est très motivé, qui se balade avec de quoi incendier ce qui ne lui plaît pas. Ce n'est pas anodin! Vous ne venez pas chez les gens faire cramer ce qui ne vous plaît pas, ça ne va pas!".

Tu sais de quoi nous sommes capable enfoire (sic)

Il y a deux ans, un individu a mis le feu aux ruches de Pierre-Marie. Il lui avait également envoyé des lettres de menaces. Depuis, tout semblait être rentré dans l’ordre, mais il y a quelques semaines, ses abeilles et celles de son voisin ont à nouveau été prises pour cible.

"Mon voisin, qui avait également du matériel apicole et qui avait encore une ruche, a vu son hangar être complètement incendié. C'était il y a à peu près un mois et demi. Moi personnellement, il y a dix jours, j'ai à nouveau reçu des menaces", confie Pierre-Marie.

En effet, Pierre-Marie a reçu trois fois la même lettre de menaces. Une dans sa boîte aux lettres, une sur sa voiture et la dernière sur celle de son épouse, avec en prime des rayures sur les deux véhicules. Voici des extraits de cette lettre:

  • "Ont en a marre quelle chient par tout" (retranscrit tel quel)
  • "Tu sais de quoi nous sommes capable enfoire" (sic)
  • "Si pas de changement dans 15j tu verras… Pas d autre lettre d avertissement tu casse les couilles aux gens avec tes abeilles" (sic)


La Ville porte plainte et se constitue partie civile

Pierre-Marie a donc porté plainte. En tant que commune maya (commune qui soutient l'activité apicole, maintient et/ou restaure un réseau d'espaces propices à la vie des insectes pollinisateurs, ndlr), la ville de Châtelet prend cette situation très au sérieux et a décidé de se constituer partie civile. "Ça signifie que la Ville porte plainte avec l'apiculteur, qu'elle mandate un avocat à cet effet, et donc qu'elle s'engage dans cette plainte si jamais la personne est retrouvée. Mais il y a enquête à ce sujet et je ne peux évidemment pas en parler", explique Clément Rosseel, porte-parole de la Ville de Châtelet.

Pierre-Marie rappelle l’importance des abeilles. Un tiers de notre alimentation dépend de la pollinisation par les insectes.

Vos commentaires