En ce moment
 
 

La Louvière: la police s'équipe de bodycams

 
 

Les policiers de la zone de La Louvière seront équipés dès le mois de novembre de bodycams lors de leurs interventions. La zone louviéroise a fait l'acquisition de 33 caméras. Cela concerne les policiers des services intervention, circulation et d'assistance spécialisée.

Les policiers louviérois pourront, dès le mois de novembre de cette année, avoir recours à leur "bodycam" dans le cadre de leurs interventions. Au total, 33 caméras, pour un budget de 47.000 euros, ont été acquises par la zone et seront mises en service dans les prochaines semaines, après la formation des agents. "L'acquisition de ces caméras est le fruit d'une réflexion de plusieurs mois", a indiqué vendredi le bourgmestre de La Louvière, Jacques Gobert. "Les objectifs de l'utilisation des bodycams sont à plusieurs niveaux: on sait, notamment, que les policiers font régulièrement l'objet de critiques, on voit régulièrement des images filmées sur des scènes d'intervention, des images souvent très parcellaires et qui contribuent à des jugements portés sur des éléments qui ne sont ni complets ni objectifs. Nous croyons que les bodycams peuvent donc être bénéfiques aux policiers ainsi qu'aux citoyens."

C'est le policier qui décide lui-même de ce qui mérite d'être filmé

Les policiers des services intervention, circulation et d'assistance spécialisée seront équipés de bodycams dans un premier temps. Les images enregistrées lors d'interventions seront stockées sur un serveur sécurisé pendant maximum 12 mois. Elles pourront servir, notamment, dans le cadre de la rédaction de procès-verbaux. "Le policier, dès qu'il prendra son service, devra utiliser son badge sur un système qui va lui donner une bodycam qu'il placera sur son gilet pare-balle", a indiqué Ronald Colette, directeur des opérations de la zone louviéroise. "Dès qu'il décidera qu'une intervention nécessite d'être filmée, le policier enclenchera sa caméra. A la fin de son service, la caméra sera remise sur son socle de rechargement via lequel les images seront stockées sur un serveur sécurisé et effacées de la caméra. Les images seront conservées pour une durée maximale de 12 mois."

Diminution de l'usage de la force chez les policiers équipés

"De nombreuses études menées dans d'autres pays arrivent aux mêmes conclusions et confirment que les policiers qui utilisent des bodycams sont bien moins susceptibles de recevoir des plaintes dans l'exercice de leurs fonctions", a encore précisé Jacques Gobert. "Ces études constatent également qu'il y a une diminution sensible de l'utilisation de la force par des policiers. Il y a donc une vraie plus-value, plus de transparence envers le citoyen et un regain de confiance entre le citoyen et le policier. C'est aussi une bonne chose pour les autorités judiciaires qui pourront ainsi bénéficier d'un meilleur compte-rendu des interventions policières."




 

Vos commentaires