En ce moment
 
 

Toni, patron de pompes funèbres, emploie... ses 4 enfants

 
 

Ce week-end, de nombreux enfants fêtent leur papa. La fête des pères, c'est dimanche. Dans certaines familles, le père est aussi le patron de ses enfants. C'est le cas dans une entreprise de pompes funèbres à La Louvière. Une société qui se transmet de génération en génération.

Tony est le patriarche. Trois filles et un garçon, c’est la fierté de ce chef de famille... et d’entreprises.

Grab_20220611_143401_599

Tous sont actifs dans la société de pompes funèbres basée à La Louvière (province de Hainaut) : "On va où pour le premier enterrement ?", interroge le papa en pleine réunion avec ses enfants.

Grab_20220611_143037_599

Les pompes funèbres sont ici une tradition, le tout sous l'œil du grand-père: Donato, le fondateur.

Grab_20220611_143058_599

"C'est un métier qui est quand même difficile de gérer parce qu'on est tous les jours dans le malheur. Les familles viennent ici et on essaie de les encourager, de les aider. C'est une chance d'être entouré par mes enfants. C'est une entreprise familiale. Quel est le papa qui ne serait pas content d'avoir ses quatre enfants ?", détaille Toni.  

"A la maison"

Le travail demande de la compassion et des talents d'organisation. Maira travaille avec son père depuis ses dix-huit ans. "Je reste un papa cool?", l'interroge Toni. Sourire en coin, Maira rétorque: "A la maison !", avant de poursuivre : "Non, au travail aussi. Tant que le travail est fait, tant que tout se passe bien alors il n'y a pas de problème. Il est exigeant tout de même. Ça reste un papa et un patron."

Un repos bien mérité 

Tous les enfants ont fait le même choix, suivre la voie des patriarches et de leur projet, comme celui de passer de six à neuf funérariums. La transmission n'est pas du tout quelque chose qui inquiète Toni; "Je suis content et heureux qu'ils vont reprendre. Je pourrais me reposer aussi un petit peu après autant d'années… mais pas au cimetière", ironise-t-il avec une autre de ses filles à ses côtés.

Dans trois ans, l'entreprise passera à la génération suivante, soit presque une destinée pour les quatre enfants et peut-être les sept petits-enfants. C'est tout l'espoir de Toni.


 

Vos commentaires