En ce moment
 
 

La police de Charleroi appelle à la VIGILANCE des citoyens: "Ne rien laisser à l’intérieur de son véhicule qui pourrait faire penser au pire"

?Une voiture suspecte a été repérée à Charleroi en fin de matinée. Très vite, un périmètre de sécurité a été mis en place. De gros moyens ont été déployés pour rien, notamment parce qu’une bonbonne de gaz a été oubliée dans le véhicule. Dans ce climat particulièrement tendu, la police appelle donc au bon sens des citoyens. Jimmy Méo et Thomas Decupère ont rencontré le porte-parole de la police de Charleroi pour le RTLINFO 19H.

Aux alentours de midi, de nombreux véhicules de police arrivent sirènes hurlantes aux abords du parc Astrid à Charleroi. Les policiers ont aperçu un véhicule suspect juste en face du consulat d’Italie. Ils décident alors de fermer les rues voisines et de mettre en place un périmètre de sécurité. Les personnes ont ensuite été évacuées sur un rayon de 100 mètres, et le périmètre élargi sur 200 mètres: le véhicule présentait des fils apparents, il y avait une bonbonne de gaz à l’intérieur, et il n’était pas en ordre d’immatriculation… "Le service de déminage a été appelé sur les lieux, il est arrivé très vite, vers 13h30 la circulation était régularisés", précise David Quinaux, porte-parole de la police locale de Charleroi.

Plusieurs éléments ont donc accentué la crainte des secours. Une voiture à la plaque radiée, garée devant un bâtiment stratégique, présentant des signes clairement inquiétants. Une succession de petits hasards mais dans le climat actuel, il n’en faut pas plus pour alerter les autorités. "Je voudrais quand même attirer l’attention des citoyens, de vraiment bien faire attention, lorsqu'on a un véhicule qui déjà, n’est pas en ordre, de ne rien laisser à l’intérieur qui pourrait faire penser au pire", explique le porte-parole.

Au-delà d’un appel à la vigilance valable durant le niveau 3 d’alerte à la menace terroriste, la police de Charleroi demande désormais d’éviter ce genre d’actes de négligence qui mettent le feu aux poudres dans un climat déjà bien brûlant…

Vos commentaires