La ventilation coupée dans les trams à Charleroi après la découverte d'amiante: existe-t-il un danger pour les passagers et le personnel?

La ventilation coupée dans les trams à Charleroi après la découverte d'amiante: existe-t-il un danger pour les passagers et le personnel?

Des usagers du TEC à Charleroi, qui ont contacté notre rédaction via le bouton orange Alertez-Nous, se plaignent de l'absence de chauffage depuis quelques jours dans les trams.

Des usagers du TEC à Charleroi, qui ont contacté notre rédaction via le bouton orange Alertez-Nous, se plaignent de l'absence de chauffage depuis quelques jours dans les trams du métro léger.

La ventilation a été coupée "par précaution" car une analyse a révélé la présence de traces infimes d'amiante dans une motrice.

La direction du TEC précise que la concentration relevée est cent fois inférieure aux normes et ne présente aucun danger pour les passagers et le personnel.

Préalablement à la rénovation des 45 motrices utilisées sur ce secteur, effectuée par Alstom, une analyse a été réalisée et a révélé une présence d'amiante. Deux trams ont été inspectés par une société suisse mandatée par le géant des transports. Celle-ci a constaté "la présence de cartons amiantés recouverts d'une couche de résine et servant de cales situés sous le plancher et sous les parois latérales. Par ailleurs, des cartons amiantés sont visibles au niveau des plaques vissées dans les monoblocs de ventilation (joints)", détaille Stéphane Thiery, directeur marketing de la société de transport en commun.


Le médecin du travail s'exprime

Le médecin du travail a pris connaissance d'un rapport datant du 27 décembre dernier et il confirme qu'il n'y a "aucun risque pour les conducteurs du tram à la condition que la plaque où se situe le carton amianté vissé dans les monoblocs de ventilation reste fermée, de même, le matériau de type carton amianté recouvert de résine et servant de cale ne présente aucun risque pour la santé du conducteur s'il n'est pas manipulé par celui-ci."

Une analyse complémentaire demandée par la société de transport en commun a donné un "résultat négatif", affirme son directeur marketing. Dans l'attente du rapport officiel, la décision a néanmoins été prise de mettre les souffleries hors service. La particule d'amiante retrouvée à l'intérieur d'un tram affiche une concentration de 0.143 fibres, soit nettement moins que la valeur limite d'exposition de 100 fibres, insiste Stéphane Thiery.


 

Vos commentaires