En ce moment
 

Le délégué syndical de l’aéroport de Charleroi profère des menaces d’attentat: nous avons pu consulter en exclusivité son rapport d'audition

La chambre des mises en accusations de Mons a décidé de maintenir en détention cette semaine le délégué syndical de l’aéroport de Charleroi qui avait proféré des menaces d’attentat contre la police. Nous avons pu consulter en exclusivité son rapport d'audition. Il révèle qu’il avait déjà menacé des forces de l’ordre dans le passé. Les détails avec Benjamin Samyn et Xavier Gérard.

 
Des messages précis envoyé sur les réseaux sociaux

Le document judiciaire que nous nous sommes procuré contient les messages précis envoyé sur les réseaux sociaux par Mustapha A., le délégué de l’aéroport de Gosselies interpellé par les autorités.

Nous les retranscrivons, avec l’orthographe d’origine :

"En faite, qu’est ce qu’il faudrait pour tous ces fdp de flic de m… de raciste c’est qu’on devienne sniper et on les douillent ces chiens mais devant leur famille et enfant et lance roquettes contre les commissariats comme au Mexique. Meritent que ca ces chiens inchalallah."

Une plainte est déposée. Les enquêteurs décortiquent alors les profils internet du délégué et découvrent d’autres messages comme celui-ci. A nouveau, il est retranscrit tel quel :

"Voilà la cour suprême des Etats-Unis a confirmé que le pasteur avait le droit de bruler le Coran le 11 septembre. Inchallach qu’ils payeront. Après ils viendront se plaindre oh my god oh my god un attentat."


"Deux ou trois autres messages que l’on peut critiquer"

"Il y a effectivement dans l’analyse de son profil Facebook deux ou trois autres messages que l’on peut critiquer, qui sont critiquables", explique Nabil Khoulalène, avocat de Mustapha A. "De mon point de vue, ils ne constituent pas une infraction de nature terroriste ni une incitation à la quelconque commission d’une infraction de ce genre."

Concernant le volet social, les enquêteurs notent ceci : "Vous êtes à la tête d’une organisation criminelle qui a pour but de favoriser la mise en place de travailleurs arabes ou turcs et plus généralement de confession musulmane au sein de l’aéroport de Charleroi."

 
Mustapha A. reste en détention

L’inquiétude était réelle si l’aspect de radicalisation se confirmait. "Aujourd’hui, la situation apparaît toute différente puisque la Cour d’appel a considéré qu’il n’y avait pas d’indice par rapport à une radicalisation ou à des infractions de nature terroriste. Reste donc ce volet, qui devient de nature de droit pénal classique."

En effet, vendredi dernier, la chambre des mises en accusation a requalifié l’infraction terroriste en menaces écrites à l’encontre des services de police. Cependant Mustapha A. reste en détention.

Vos commentaires