En ce moment
 
 

Le port du masque dans les transports en commun DIVISE les jeunes (vidéo)

 
 

Le masque est obligatoire dans tous les transports en commun du pays. Durant cette semaine de rentrée des classes, comment cette mesure est-elle appliquée par les plus jeunes ? À Charleroi, il y a moins de monde dans les bus comparé aux rentrées des années précédentes.

Pour cette rentrée scolaire, les bus circulent normalement et le nombre de passagers n'est plus limité, mais le port du masque reste obligatoire. Si tous les jeunes croisés ce matin respectent la règle, beaucoup trouvent cela désagréable. "C'est chiant", "Je trouve que c'est embêtant parce que je n'arrive pas à m'exprimer. C'est gênant" "Je pense que c'est quand même assez abusé par la loi du Covid-19, moi je pense que c' est assez compliqué de vivre ça", "Je n'arrive pas à bien respirer de base et ça empire", nous ont confié quelques jeunes.

D'autres en revanche, moins nombreux, sont plutôt rassurés par toutes les mesures mises en place. "De toute façon, c'est une nécessité. il y a le coronavirus et pour protéger les gens, protéger ses proches, les gens qu'on ne connaît pas... c'est une nécessité", "Ça me dérange pas, c'est pour se protéger".

Les bus sont moins remplis

Si la rentrée a pu se faire normalement au sein des écoles, les chauffeurs constatent tout de même que les bus sont beaucoup moins remplis que les autres années. "La ligne 18 à cette heure-ci, logiquement: le bus est plein à craquer, explique Francis Bogaert, chauffeur de bus au TEC Charleroi. Des fois, on ne sait même plus embarquer. Ici, j'ai une bonne moitié du bus, mais il n'est pas plein à craquer. Si l'autre bus n'est pas derrière moi, on laisse des gens sur les arrêts."

Paradoxalement, au niveau du renouvellement des abonnements; les demandes explosent. "On pense que des parents sont encore en télétravail à l'heure actuelle et donc en profitent pour aller conduire leurs enfants ce qui est bien légitime, confie Véronique Benoit, directrice commerciale des TEC Charleroi, peut-être les renouvellements se seront faits un peu tardivement. Les gens ont attendu de voir comment allait se passer la rentrée scolaire donc là pour le moment les renouvellements battent leur plein."

Une jeune population importante pour les TEC, 65% des clients ont moins de 30 ans.




 

Vos commentaires