En ce moment
 
 

Maisons de repos: Yvette, 84 ans, très émue de pouvoir enfin revoir sa petite-fille grâce à un tout nouveau dispositif

 
CORONAVIRUS
 

Les maisons de repos s'organisent pour permettre les contacts entre les pensionnaires et leurs familles, dans des conditions de sécurité et de distance sociale très strictes. A Saint Vaast, dans le Hainaut, une maison de repos a installé tout son dispositif ce matin. La première visite a pu avoir lieu: une grand-mère a pu revoir sa petite-fille.

Yvette, 84 ans, est une pensionnaire de la maison de repos "Les Buissonnets", à St Vaast, dans le Hainaut. Ce matin, elle a revu sa petite-fille Cyrielle. Ces retrouvailles étaient attendues depuis deux mois. "Bonjour Bonne-Maman", lance la jeune fille avec joie. "Qu’est-ce que je suis contente de te voir", lui répond sa grand-mère.

> CORONAVIRUS en Belgique: les dernières infos 

La rencontre dure 15 minutes. Un moment très intense. "C’est émouvant, c’est normal. Cela fait longtemps, surtout qu’on est très proches", confie Cyrielle. Proposé en phase test, un container aménagé semble pour le moment le moyen de contact le plus sécurisé pour les responsables du site. Aucun contact physique, des micros et des baffles, mais au final le résultat est là. "Une émotion terrible, vous ne pouvez pas vous imaginer. J’espère maintenant que cette histoire va bientôt se terminer pour tout le monde", espère cette pensionnaire. 

Une désinfection réalisée entre chaque rencontre

Dans cette cabine, les circuits d’air sont indépendants et une désinfection sera réalisée entre chaque rencontre. Ce procédé permettra à ce home, où aucun cas n’est signalé, de conserver son bilan."Quand il y a malgré tout une possibilité, les gens ont tendance à vouloir se serrer juste une petite fois la main, juste ce petit contact qui va faire la différence. Mais la mauvaise différence si jamais il devait y avoir un des deux qui est contaminé", insiste Anne-Sophie Caudron, directrice du pôle senior du groupe Jolimont.

Ces visites qui visiblement font beaucoup de bien seront proposées trois fois par semaine. Dans un premier temps, deux travailleurs seront détachés pour les assurer. "Je suis contente, je vais certainement bien dormir cette nuit", confie Yvette, un sourire caché derrière son masque.

Vous avez des questions pratiques sur le coronavirus ou une mesure du (dé-)confinement? Vous pouvez :

-        Appeler le 0800/14.689

-        Consulter la page questions/réponses de Info-coronavirus.be

 




 

Vos commentaires