En ce moment
 

"Dormir est un exploit": Murielle, excédée par le bruit des camions qui passent près de sa maison (vidéo)

Ce lundi 17 septembre, le gouvernement wallon lance une grande enquête publique concernant le bruit routier. Cette consultation concerne les nuisances sur les axes de plus de trois millions de passages de véhicules par an.

Les citoyens auront jusqu’au lundi 5 novembre pour donner leur avis. Le dossier pourra être consulté à partir de lundi sur Internet, ou à l’administration des communes concernées. Les observations et remarques pourront être adressées de trois façons différentes : par Internet ou en imprimant le formulaire et en le faisant parvenir soit à l‘administration communale, soit à l’administration régionale.

Pour certains riverains, cette consultation est (enfin) l'occasion de témoigner des nuisances sonores dont ils sont victimes. C'est notamment le cas de Murielle. Depuis 2 ans, cette habitante vit le long de la Nationale 57 à Lessines, dans la province du Hainaut. 




"Ça passe toutes les secondes"

"On vit un enfer avec les poids-lourds. Il n'y a pas de limitation de vitesse donc le bruit est incessant, le jour comme la nuit. On ne dort plus", se plaint la riveraine au micro de Sébastien De Bock, pour Bel RTL. 

La situation n'est plus vivable. Murielle demande que des panneaux de limitation de vitesse et de tonnage soient placés. "Il faudrait aussi réparer la route. Toutes les fissures font trembler la maison. Les pièces de devant sont inhabitables. On est obligé d'habiter l'arrière de la maison car tout tremble. C'est ingérable", explique-t-elle.

"Dormir est un exploit ! A partir d'1h56 le matin, le premier camion arrive sur la route et c'est fini. Ça passe toutes les secondes", insiste-t-elle. Selon Murielle, les dégradations liées à ces nuisances sont importantes.


"Ça fait quelques années que je n’écoute plus la télé"

"Les cadres tombent, les lits tremblent, le sol aussi. Il y a des fissures à l’intérieur des maisons, à l’intérieur comme à l’extérieur. L’aquarium de l’une de mes voisines est tombé à 3 heures du matin", explique la riveraine. 

Comme elle, Sandra dénonce la situation. "Ça fait quelques années que je n’écoute plus la télé, avec le bruit des voitures, on ne sait pas. Il y a des nuits où je me réveille terrorisée, mon cœur s’emballe avec le bruit", déplore-t-elle. 

Le Service public de Wallonie Infrastructures a donc élaboré le "Plan d’actions de lutte contre le bruit routier en Wallonie".


Un plan soumis à une enquête publique

Ce plan établit les priorités d’actions de réduction du bruit routier et se fonde sur les cartographies stratégiques du bruit routier du réseau régional de plus de 3 millions de passages de véhicules par an, établies selon la Directive européenne relative à la gestion du bruit dans l’environnement. Conformément au Code wallon de l’Environnement, ce plan est soumis à enquête publique auprès des personnes concernées.

Le réseau routier régional de plus de 3 millions de passages de véhicules par an traverse le territoire de 209 communes wallonnes. Seules ces communes sont concernées par l’enquête publique.

L’enquête publique est conçue selon un questionnaire qui permet aux répondants de transmettre leurs avis et observations.

Vos commentaires