En ce moment
 

Ne jetez pas vos vieilles bobines, Liliane, de La Louvière, a retrouvé des trésors dans son grenier: "C’est très émouvant de le revoir là"

Ne jetez pas vos vieilles bobines: les vidéos de famille sont un patrimoine à conserver ! Le service des archives de La Louvière lance un appel aux habitants : pour ne pas perdre des pépites vidéo de l’histoire de la cité, les citoyens sont invités à lui céder ces images. Ces archives personnelles sont numérisées gratuitement. 10 Louviérois ont ainsi partagé leurs souvenirs de famille.

Une quinzaine de bobines ont quitté le grenier de Liliane, une habitante de La Louvière, où elles étaient depuis 1966. Sur les boîtes des traces de rouille. Sur les bobines, l’empreinte du passé: "Il faut vous imaginer que la guerre était finie, c’était la fête. Regardez comme ils sont habillés", décrit-elle. Les plus anciennes vidéos à sauver datent de 1947, incrustées sur du 9 mm et demi. "C’est chouette de voir un peu comment on vivait en 47, les kermesses en 47, les Gilles aussi. Il y a tout ce qui se passait à La Louvière, ils filmaient des soupers de pensionnés, c’est dommage que ça reste au grenier, je me suis dit, il y a encore des personnes qui vont reconnaître la famille, on ne sait jamais".


"Intégrer la vie des familles dans la petite et la grande histoire louviéroise"

Pour préserver les films, Liliane les a confiés aux archives de la ville. 8 mm ou super 8, Les vidéos sont restaurées, et numérisées. "On a aussi pu sauver des séquences de courses cyclistes, une course de chevaux, une procession aussi", raconte Thierry Delplancq, archiviste de la Ville de La Louvière. Tout fait l’histoire : sport, fêtes, mais aussi l’intimité des familles et des travailleurs. "C’est aussi important de pouvoir revoir des sites qui n’existent plus du tout, c’est un peu ce qu’on veut faire, intégrer la vie des familles dans la petite et la grande histoire louviéroise. Ce ne sont pas uniquement des grands événements, ce n’est pas du tout ce qu’on recherche, c’est parfois du quotidien"


"Enormément de gens ont des choses dans les grenier et dans les caves"

Des kilomètres de pellicule vont rejoindre 10 kilomètres d’archives papier. Les films sont tout aussi précieux et fragiles. "Enormément de gens ont des choses dans les grenier et dans les caves, puis malheureusement le temps fait son œuvre. Ici, pour des pellicules, ça peut s’endommager automatiquement, et puis parfois c’est simplement le décès des personnes, on ne sait pas quoi faire des vieilles photos, on ne sait plus qui se trouve sur les photos et ça part, et c’est très triste, sur une brocante ou dans des containers".


"C'est très émouvant de le revoir là"

Quand le projecteur familial est usé, numériser permet de découvrir ses proches… autrement. "C’est très émouvant, tout à fait, de le revoir là, on ne s’y attend pas, on ne sait pas ce qu’il y a dans les films. On ne se doute pas, et puis tout à coup, vous les voyez et c’est très bien".

Ces souvenirs, il sera judicieux de les recopier dans quelques temps sur un autre support, car le DVD disparaitra un jour, lui aussi... 

Vos commentaires