En ce moment
 
 

Nouveau dispositif policier au Carnaval de Binche: cette année, ce sera "un peu comme une bataille navale"

A une semaine du mardi gras, la ville et la police de Binche ont présenté le dispositif de sécurité qui va encadrer durant 3 jours le carnaval, chef-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité.

Entre 50.000 et 100.000 participants sont attendus dans la cité du Centre. Pour sécuriser tout ce petit monde, pas moins de 450 policiers seront présents. Ils seront guidés dans leur tâche par le poste d'observation de la police. Là, 48 caméras, certaines récemment installées, quadrillent la zone. "Le centre-ville de Binche a été réparti en différents carrés. C'est un peu comme une bataille navale. Vous avez A1, M2, B3, … Pour permettre à l'ensemble des policiers de pouvoir intervenir très rapidement là où il y a un souci", explique Laurent Devin, le bourgmestre de Binche.


Des bodycams pour rafraîchir la mémoire des fauteurs de trouble devant la justice

En outre, 3 policiers seront dans la foule équipés d'une bodycam discrète qui enregistrera tous les incidents, y compris quand les esprits s'échauffent et les mémoires se vident à cause de l'alcool. C'est pour cela qu'elles seront précieuses, estime Laurent Raspe, le chef de corps de la zone de police Binche-Anderlues : "Pour voir l'incident en live, directement de la personne à la personne. Parce qu'on s'est rendu compte que parfois, des gens adoptaient un comportement qui, lorsqu'ils doivent rendre compte devant le tribunal ou devant d'autres instances, ne reflète pas spécialement la réalité de l'événement qu'ils ont connu. "


Un hélicoptère pour éviter qu'un monument ne prenne encore feu

Troisième partie du dispositif: un hélicoptère avec caméra infra-rouge qui sillonnera le ciel. Il ne surveillera pas seulement les allées et venues. "On demande comme mission de patrouiller au-dessus du territoire de Binche pour détecter si un foyer d'incendie ne démarre pas. Parce que nous avons connu un événement malheureux il y a 2 ans où le toit du théâtre est malheureusement parti en fumée."

Vos commentaires