Nouvelles actions chez Skeyes: 1.500 passagers bloqués à l'aéroport de Charleroi pendant deux heures

retard, CHARLEROI

Les aiguilleurs du ciel de Skeyes ont arrêté le travail entre 8 et 10 heures ce mercredi matin. Conséquence: dix vols ont été retardés à l'aéroport de Charleroi.

Une piste déserte. Quasi sans bruit, ni au sol ni au ciel. Durant deux heures, c’est l’arrêt complet. 5 départs et 5 arrivées sont retardés, à cause de la grève des aiguilleurs du ciel. "On est venus tôt, on s’est levés à 4 heures, comme on vient de Lille. Mais voilà, on attend et on fait avec", explique un passager français. Dashe, originaire de Roumanie, est par contre plus agacé. "Je suis fatigué. Je me suis réveillé à 3 heures, pour être ici à 5 heures. Ça fait quelques heures perdues", déplore-t-il. "Il n’y a qu’une heure de retard donc ce n’est pas la catastrophe", relativise un autre.

Maximum une heure trente de retard pour les 1.500 passagers en attente. Certains étaient surpris. "On l’a su à la radio 10 minutes avant d’arriver à l’aéroport. Moi, je suis un peu contrariée mais c’est tout, ce n’est pas grave. C’est les vacances!"

La grève embarrasse les passagers, désolés pour les personnes qui les attendent à destination. Comme Ismaël, en partance pour Madrid. Il regrette le peu d’informations de sa compagnie. "Le seul message que j’avais reçu, c’était 'Vous avez un coupon de 5 euros pour le retard de deux heures', et on ne sait même pas pourquoi il y a eu ce retard. Il n’y a pas d’information, il n’y a rien, je suis un peu indigné par rapport à ça".


"Une certaine irritation des passagers"

D’autant que les actions sont annoncées quelques heures à l’avance seulement. Pour l’aéroport, c’est la cinquième journée de perturbation. Dont 4 fermetures complètes depuis début février, en comptant la grève nationale. "Bien évidemment, ça se répète", regrette Vincent Grassa, le porte-parole de l’aéroport de Charleroi-Bruxelles Sud. "C’est la Xième fois que l’aéroport est touché et que l’on note la fermeture de l’espace aérien, donc l’arrêt des opérations ici à Charleroi. Avec pour conséquence finalement un certain agacement, une certaine irritation des passagers. Pour les aéroports et les compagnies aériennes, c’est aussi toute une réorganisation du travail, ce qui occasionne un surplus et une mise à niveau des plannings pour tout le monde".

10h04, le premier vol passagers atterrit. C’est l’heure du retour à la normale.

Vos commentaires