Patients, médecins, infirmiers, tout le Grand Hôpital de Charleroi est derrière les Diables: "On se sent déjà moins malade"

Les Diables seront encouragés en Russie par quelques centaines de supporters Belges, mais ici en Belgique tout le pays est paré de noir jaune rouge, même certains hôpitaux. Au Grand Hôpital de Charleroi, les patients qui se cassent quelque chose aujourd’hui reçoivent une petite surprise. Justine Roldan Perez et François-Xavier Van Leeuw s’y sont rendus pour le RTL Info 13H.

Bandelettes après bandelettes, le plâtre de Matteo, neuf ans, prend tout doucement forme. Mais attention, il ne s’agit pas de n’importe quel plâtre. Le bras du petit garçon est habillé de noir, jaune et rouge, une initiative qui se rend ce moment beaucoup plus agréable que prévu.

"Ça fait du bien d’avoir un bon plâtre aux couleurs de la Belgique. Mes copains vont le voir et ils vont trouver ça génial", réagit Matteo.
Guy, son grand-père, apprécie également le geste: "C’est une très bonne idée. Au moins, c’est plus gai que tout blanc".


Succès garanti chez les grands et les petits

Si l’initiative plait énormément aux enfants, elle remporte également un grand succès auprès des adultes. Pour Pierre ce sera également du noir, du jaune et du rouge en soutien aux Diables Rouges.

"J’espère que ça leur portera chance comme à moi puisque mon pied est en train de bien se réparer. Aussi bien pour les joueurs qui ont été blessés que pour l’équipe, j’espère que ça portera chance", confie Pierre.


"On se sent moins malade"

"Pour les passionnés de foot comme moi, le Mondial c’est une grande fête et c’est l’occasion de partager sa passion avec les patients, d’apporter de la gaieté, d’apporter de la bonne humeur", souligne l’une des infirmières, Carine Neirynck.

Véritable passionnée, Carine a décoré entièrement la salle des plâtres mais également l’accueil, les couloirs ou encore la salle d’attente. Une ambiance qui fait du bien au patient. "On se sent déjà moins malade je crois et puis on a des sujets de discussions avec les voisins", argumente avec le sourire une dame qui patiente à l’accueil.

Vos commentaires