Les pompiers se demandent comment sécuriser la cathédrale de Tournai, plus haute et plus longue que Notre-Dame de Paris

Les pompiers se demandent comment sécuriser la cathédrale de Tournai, plus haute et plus longue que Notre-Dame de Paris
©BELGA
Notre-Dame

Au lendemain de l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, on s'interroge sur les moyens dont disposeraient les pompiers de Wallonie picarde si une telle catastrophe frappait la cathédrale de Tournai.

"Le plan d'intervention doit absolument être relifté", estime mardi, à Belga, le patron de la zone de secours.

Plus longue (134m, ndlr.) et aux cinq tours plus hautes (83m, ndlr.) que l'édifice parisien, la cathédrale Notre-Dame de Tournai a été classée en 2000 au patrimoine mondial par l'Uneso.

De style gothique et roman, cette cathédrale du 12e siècle est en travaux depuis une vingtaine d'années. L'édifice a été déstabilisé le 14 août 1999 lors du passage d'une violente tornade dans le Tournaisis.


"Un plan interne qui doit être revu"

Lancés en 2000, les travaux de rénovation viennent de s'achever. "En cas d'incendie dans la cathédrale, il existe un plan interne qui doit absolument être revu. Avec le drame qui a touché l'édifice parisien, ce sera l'occasion de rouvrir le débat. On a bien un plan général rouge avec des moyens spécifiques pour ce type d'incendie, idem pour de grosses industries. Il faudra retravailler la procédure pour la protection des objets de valeur. Il faudrait d'abord savoir qui est propriétaire de ces objets de valeur, soit la province de Hainaut, l'Evêché ou des privés ?", explique le major Olivier Lowagie, responsable de la zone de secours de Wallonie picarde.


Un système automatique dans les tours ? 

Quid en cas d'incendie? "Le problème, ce sont les toitures qui sont en bois et qui sont très hautes. Impossible d'y accéder avec notre matériel et entrer dans le bâtiment en feu serait bien trop dangereux. On pourrait envisager un système automatique d'extinction dans les tours. C'est à voir d'autant qu'il ne faut pas dénaturer le bâtiment. Ce type de système est cher mais ce n'est rien à côté de la perte d'un tel bâtiment. On en a l'exemple avec Paris. Ce sera à discuter avec les responsables de la cathédrale de Tournai", indique encore l'officier.


La Province du Hainaut rassure

La Province de Hainaut, propriétaire de la cathédrale et maître d’œuvre du chantier, se montre plus rassurante face aux risques d'accident. 

De nombreuses mesures de précaution existent dans l’édifice classé, écrit la porte-parole de la Province du Hainaut dans un communiqué. Sont cités : "un système hydraulique de colonnes sèches et des prises pompiers dans les tours, une détection incendie dans les charpentes en bois de la partie gothique et du transept, de même qu’un hydrant et des prises pompiers", peut-on lire. Des appareils de détections incendie mobiles et des extincteurs avaient en outre été placés durant les travaux qui viennent de s'achever.

Le communiqué précise encore que "les portes coupe-feu ont été remplacées et toutes les parties restaurées des toitures ont été équipées de parafoudres"

Au niveau provincial, un plan Interne d'urgence existe et des exercices sont menés en situation réelle à la cathédrale, assure enfin la porte-parole de la Province du Hainaut.  

tion

Vos commentaires