En ce moment
 
 

Près de 50 emplois menacés chez AGC Glass Europe à Seneffe

Près de 50 emplois menacés chez AGC Glass Europe à Seneffe
©Belga
 
 

AGC Glass Europe projette de mettre en oeuvre un plan de restructuration sur son site de Seneffe (Hainaut), où 47 personnes sur 210 travailleurs pourraient perdre leur emploi, a annoncé l'entreprise mercredi dans un communiqué.

AGC Glass Europe a pour intention de réduire ses capacités de production et ses frais fixes au sein de son activité Transport & Industrial Vehicles (TIV). Grâce au plan de restructuration, l'entreprise espère pouvoir retrouver une profitabilité et pérenniser l'activité sur le site hennuyer, dont la section concernée est spécialisée dans la fabrication de verre à destination du marché ferroviaire. Cette section souffre cependant depuis de nombreuses années de performances industrielles insuffisantes, générant des pertes financières structurelles pour l'activité TIV d'AGC, constate la direction. Si, en 2019, l'augmentation des volumes de production avait permis de générer un premier résultat financier positif, l'année dernière a par contre marqué "un tournant brutal et majeur" pour la section TIV de l'usine, réduisant la demande du marché sur le moyen terme, déplore AGC. En raison de la crise du coronavirus, les opérateurs ferroviaires réduisent en effet drastiquement le nombre de véhicules en service et leur maintenance, pour faire baisser leurs coûts de fonctionnement. Indépendamment du Covid-19, les principaux opérateurs ferroviaires européens ont en outre tendance à réduire leur commandes de vitrages en remplacement en raison de restrictions de dépenses, constate encore l'entreprise. Afin de résister à une telle contraction des marchés TIV jusqu'à une reprise espérée en 2024, AGC Glass Europe estime qu'il est "vital" pour cette activité de réduire ses capacités de production à Seneffe et ses frais fixes afin de limiter ses pertes. Un plan social, ainsi que les mesures d'accompagnement s'y rapportant, seront examinés avec les différents partenaires concernés, conclut l'entreprise.

> CORONAVIRUS EN BELGIQUE : où en est l'épidémie ce mercredi 13 janvier ?




 

Vos commentaires