En ce moment
 
 

Qui est Loïck Masson, l'un des 5 accusés dans le meurtre de Valentin Vermeesch? "Il n'est pas bagarreur"

Les témoins de moralité de Loïck Masson ont été entendus lundi devant la cour d'assises de Liège au procès des accusés de l'assassinat de Valentin Vermeesch.

Loïck Masson a été décrit comme un garçon qui avait été influencé par un climat familial instable mais dont la personnalité ne correspondrait pas aux faits commis.

Valentin Vermeesch, un Hutois âgé de 18 ans souffrant d'un léger handicap mental, avait été tué la nuit du 26 au 27 mars 2017 à Statte (Huy). Il avait subi une très longue scène de violences et de tortures avant d'être précipité dans la Meuse, où il s'était noyé. Son cadavre avait été retrouvé le 14 avril 2017 alors qu'il avait les mains menottées dans le dos.

La mère de Loïck Masson l'a décrit comme un enfant qui n'avait pas posé de problème durant sa jeunesse. Loïck Masson était le quatrième enfant né de l'union de ses parents. La mère a décrit le père comme un homme violent qui s'était montré jaloux de ses enfants et qui faisait certaines différences entre eux.

Loïck est un garçon qui a parfois sale caractère mais il n'est pas bagarreur.

"Nous n'avons jamais eu de problème avec Loïck. Il ne sortait pas. A l'adolescence, je l'avais prévenu des dangers de la consommation d'alcool ou de drogues. Loïck poursuivait un rêve américain et souhaitait aller vivre aux Etats-Unis. Je ne comprends pas son implication dans les faits. Il avait été le premier à quitter le foyer familial pour s'installer à Statte parce qu'il savait que j'allais quitter son père. Loïck est un garçon qui a parfois sale caractère mais il n'est pas bagarreur. Il est tellement naïf et suiveur. Les faits qui lui sont reprochés ne correspondent pas à sa personnalité", a insisté la mère.

Loïck Masson a connu une scolarité difficile. Il a été dirigé vers l'enseignement spécialisé, car il avait du mal à assimiler. Il a connu de nombreuses absences durant son parcours scolaire. Vers l'âge de 17 ans, Loïck Masson a souffert d'un cancer, pour lequel il a été traité et soigné. Il n'a pas repris l'école mais il devait entreprendre une formation avant d'être impliqué dans les faits.

Par un ami de sa famille, Loïck Masson a été décrit comme un garçon d'un niveau intellectuel limité. Mais il était débrouillard. Bien que naïf et limité intellectuellement, il était un garçon gentil et respectueux. "Il n'était pas du genre manipulateur ou menteur. Ni jaloux, ni possessif, ni protecteur. Je suis surpris des faits qui lui sont reprochés. Il n'est pas violent et je ne comprends pas ce genre de comportement de sa part", a exposé le témoin.

C'est un suiveur qui se laisse vite manipuler, ce n'est pas un meneur.

Une jeune amie de la sœur de Loïck Masson a insisté sur le climat familial instable dans lequel il a évolué. "Le père faisait du chantage au suicide lorsque la mère menaçait de le quitter. Il prenait les enfants en otage sur le plan psychologique", a indiqué ce témoin.

Selon d'autres témoins proches de Loïck Masson, cet accusé cherchait des amis et voulait être reconnu. C'était un suiveur qui pouvait adopter l'avis des autres pour se faire accepter. "C'est un suiveur qui se laisse vite manipuler, ce n'est pas un meneur", a précisé la sœur.

Loïck Masson avait reconnu avoir frappé ainsi que donné des coups de latte à Valentin parce qu'il croyait qu'il était homosexuel et que la victime aurait touché les fesses de sa compagne, Lisa-Marie (renvoyée dans cette affaire devant le tribunal correctionnel pour non-assistance à personne en danger, NDLR).

Selon différents témoins entendus, Loïck Masson n'était pas homophobe. "L'homosexualité n'était pas un style de vie qu'il aurait adopté. Il n'aimait pas certaines manières des homosexuels mais il n'était pas contre l'homosexualité", ont précisé plusieurs témoins.

Vos commentaires