En ce moment
 
 

Rachel, Cylou et d'autres jeunes danseurs investissent des lieux insolites à Mons: "On voulait donner vie à la ville et à tous ces lieux oubliés"

 
 

Il n'y a pas encore de reprise prévue pour la culture et le sport en salle. Au croisement de ces deux activités, il y a la danse. Un centre montois en manque de show et de paillettes a décidé d'investir les lieux publics pour faire vivre son art et retrouver son public.

Un spectacle de danse qui prend la forme d'un acte de résistance ? C'est le projet de "Dance Center". Ce dimanche, les élèves de l'école de danse se réinventent en se produisant sur la scène du Théâtre de Mons. Un spectacle sans public, mais qui procure un immense plaisir. "J'aime beaucoup parce que le théâtre est un peu la maison de la danse, se réjouit Rachel. Même s'il n'y a pas de gala, on sent vraiment qu'il y a son esprit ici." "C'est comme s'il n'y avait pas de coronavirus donc pour moi, c'est très chouette. La danse, c'est mon rêve", ajoute Cylou.

"C'est magique. Cela nous donne du baume au cœur parce que ça remet un peu de vie dans ce grand lieu qui est en manque depuis maintenant presque 14 mois, confie Salvatore Anzalone, directeur du Théâtre de Mons. Honnêtement, c'est même émouvant."

"Pouvoir faire un gala virtuel"

Un autre lieu insolite a été envahi par les danseurs, la Grand Place de Mons. Les scènes sont filmées et permettront de ramener la danse dans les familles. "Le but, c'était de pouvoir faire un gala virtuel, explique Stéphanie Clist, responsable du projet "Dance Center". Et donc diffuser le travail des élèves, que les parents puissent voir la progression puisqu'on a continué les cours pour les moins de 12 ans. À travers ces capsules, ils peuvent voir que leurs enfants évoluent et continuent de s'épanouir dans la danse."

Durant ce week-end, les Montois ont aussi pu voir des danseurs se produire devant une piscine ou des établissements Horeca. Derrière ce projet, il y a un message symbolique: la culture reste debout. "On voulait donner une forme de vie à la ville et à tous ces lieux cultures, sportifs et Horeca qui ont été oubliés depuis un certain temps maintenant. Par la danse, le temps d'un moment, on voulait se réapproprier ce lieu." D'ici quelques jours, les premières capsules vidéo seront diffusées. Une autre forme de transmission culturelle.




 

Vos commentaires