En ce moment
 
 

Un collectif se bat pour sauver le patrimoine du haut fourneau de Carsid: "Ce sont nos racines, notre ville rayonnait grâce à l'industrie" (vidéo)

Le collectif du "Haut Fourneau 4" s’inquiète du démantèlement (récupération de pièces internes) de celui-ci par Duferco-Carsid. Selon le collectif, l'entreprise ne respecterait pas l’interdiction de démanteler. L’espoir de ces personnes, attachées au patrimoine industriel, est de préserver le haut fourneau en raison de sa valeur muséale.

Gérard Lorge est un ancien employé de Duferco-Carsid. Il y a travaillé en tant qu'ingénieur durant près de 30 ans. Aujourd'hui, il fait partir du collectif HF4 (Haut Fourneau 4, ndlr) qui demande de conserver le patrimoine industriel de la région. "Et plus particulièrement le haut fourneau parce que c'est l'engin emblématique du métallurgiste, dit-il au micro de RTLINFO. C'est là qu'on transforme le minerai en métal, qui est la fonte".

Les membres du collectif sont très attachés à la préservation des lieux à Charleroi. "Nos racines se trouvent dans le patrimoine industriel, rappelle l'ex-ingénieur. Si vous allez à Gand, on va vous parler du Moyen-Âge à tous les tournants de la ville. Ici, c'est l'industrie. Notre ville a été l'une des mieux cotées sur le plan économique dans le monde. Même si c'est un passé récent, c'est un passé important, puisque notre ville rayonnait à travers le monde".

Depuis six ans, des démarches sont donc entreprises pour conserver ce patrimoine. Mais une initiative de Duferco-Carsid menacerait tout ce travail de préservation.


"Ils risquent de démolir à jamais le haut fourneau pour se faire de l'argent"

Récemment, les membres du collectif ont été mis devant le fait accompli. "On a appris un peu par hasard le début du démantèlement du haut fourneau, affirme Gérard Lorge. On a observé une ouverture dans le blindage du haut fourneau. Le haut fourneau a été vidé de ses matières. À présent, les parois qui protègent le blindage sont apparentes. L'objectif de Carsid est d'enlever ces fameuses parois et de les revendre pour se faire de l'argent. Mais le risque est de casser les accrochages qui sont en extérieur du haut fourneau sur le blindage et qui retient par l'extérieur ces parois. On risque donc de démolir à jamais le haut fourneau".

Les membres du collectif protestent contre ce démantèlement et espèrent que le ministre René Collin, en charge du patrimoine notamment, mette le haut fourneau sous cocon. "La législation le permet", affirme Gérard Lorge.


Duferco affirme respecter le permis d'urbanisme

L'entreprise Duferco affirme pour sa part qu'elle respecte le permis d'urbanisme délivré. Des inspecteurs du service du fonctionnaire délégué ont été envoyés sur place mardi pour constater le déroulement des travaux. Ils n'ont constaté aucune infraction. Les opérations actuellement en cours n'auraient rien d'irréversible.

Vos commentaires