En ce moment
 
 

Un incendie a ravagé une maison à Binche: les pompiers situés à 1 kilomètre n'ont pas pu intervenir

 
 

A Binche, un couac aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Un incendie y a ravagé une maison, dans la nuit de lundi à mardi. Mais les pompiers, qui se trouvent pourtant à moins d’un kilomètre, n’ont pas pu intervenir, faute de sous-officier disponible. Une autre caserne est donc intervenue en mettant beaucoup plus de temps.

"Quand je suis sorti, les flammes étaient déjà au deuxième niveau de la maison", raconte Eddy, qui habite juste à côté de l'habitation ravagée. Réveillé en pleine nuit, il a eu le temps de quitter les lieux avec ses enfants alors que l'incendie commençait à se propager à son domicile. C'était une question de minutes avant qu'il ne soit pris au piège.

"Je dormais avec mes deux enfants dans la troisième chambre et les flammes étaient presque à la hauteur de la fenêtre. Quand je suis sorti, j'ai vu l'ampleur de l'incendie et je me suis mis là devant avec mes enfants", poursuit Eddy.

Les riverains ont alors attendu que les pompiers de Binche arrivent. "Le voisin m'a dit qu'il avait appelé les pompiers et quand ils sont arrivés, le toit c'était fini. Je pensais qu'ils allaient arriver tout de suite."

Les pompiers de la Louvière sont finalement intervenus après 15 minutes alors qu'il y a une caserne des pompiers de Binche à moins d'un kilomètre.

Il y avait bien ce soir-là des hommes disponibles à la caserne de Binche, mais pas de sous-officier, indispensable pourtant pour ce genre d'intervention.

Au niveau de la caserne des pompiers concernée, on confirme un manque de sous-officier. Michel Méan, le porte-parole d'une zone de secours voisine, connaît cette problématique. "Ce sont les mêmes formations que ce soit pour les professionnels ou pour les volontaires, mais il faut savoir que les volontaires doivent faire ça le week-end, le samedi uniquement, donc ça prend énormément de temps sur leur vie de famille. Déjà qu'ils doivent d'abord suivre toute une formation de pompier et ensuite d'ambulancier qui prennent un peu près deux ans..."

Au niveau de la zone des pompiers de Binche, on ne fait pas de commentaire, mais on nous assure que la situation est en cours d'analyse.


 




 

Vos commentaires