En ce moment
 

Un incendie permet la découverte de 400 plants de cannabis à Gilly: "Il y a 50 modules électriques, de l'aluminium partout, des ventilateurs"

Un incendie s'est déclaré dans un appartement de Gilly. Les pompiers y ont découvert 400 plants de cannabis. Une situation qui n'est pas rare. Ces exploitations illégales demandent une surconsommation d'électricité qui se termine parfois de cette façon.

Un incendie s'est déclaré dans un appartement de Gilly (Charleroi), situé au-dessus d'un garage, ce mercredi soir. En pénétrant dans l'appartement, les pompiers ont découvert une plantation de cannabis. Un court-circuit dans l'installation serait à l'origine du sinistre.

Amin Hassanpour habite à côté de l'appartement concerné. En découvrant les lieux hier, il a enfin compris l'origine de sa surconsommation d'eau. En effet, la production était branchée sur ses conduites en pirate. "C'est un professionnel qui travaille comme ça. Il y a 50 modules électriques, de l'aluminium partout, des ventilateurs. Il y a vraiment la totale, comme dans une usine", indique-t-il au micro d'Aurélie Henneton et de Pierre Halterman.



"Qui dit bricolage dit danger"

Pour cultiver ces productions, tout était prévu. L'isolation, l'irrigation, le chauffage ou encore l'extraction d'air avaient soigneusement été mis en place. 

Souvent, c’est un début d’incendie qui attire l’attention, comme à Courcelles l’an dernier. A l’origine, une installation électrique bricolée. "C'est bien à cause de cela que l'incendie se déclare. Ils font des pontages et vont même aspirer le courant chez les voisins avec des montages bricolés. Donc qui dit bricolage dit danger", indique le major Michel Méan, porte-parole de la zone de secours Hainaut-est.

On est très vite dans des consommations astronomiques

La surconsommation électrique est un moyen de détecter ces productions illégales. Les relevés anormaux peuvent livrer des indications. "Une seule lampe pour chauffer les plantations fait 600 watts. Donc s'il y en a 50, on est très vite dans des consommations astronomiques", éclaire Michel Méan. 

Parfois, c’est l’eau qui permet de découvrir une culture. A Roux, un écoulement en façade avait attiré l’attention d’une patrouille de police. Résultat: 850 plants de cannabis avaient été découverts. 

Vos commentaires