En ce moment
 
 

Un nouveau robot chirurgical ultra précis et doté de 4 bras pour le CHU de Mons: "Nous devons nous équiper de ce genre de technologie"

 
 

Le CHU de Mons vient de se doter d'un tout nouveau robot chirurgical. Ces appareils de pointe permettent de faire des opérations d'une extrême précision avec moins de douleurs post opératoires et moins de complications pour le patient. Ludovic Delory et Xavier Preyat sont allés l’observer.

Le CHU de Mons a accueilli un nouveau robot chirurgical dont il existe trois exemplaires en Wallonie. Une merveille de technologie au service du patient. Ces appareils de pointe permettent de pratiquer des opérations d'une extrême précision. Avec moins de douleurs post-opératoires et moins de complications pour le patient. Tout se dirige à partir d’une console avec des manipulations millimétrées, mais qui n’ont rien de virtuel.  

"Il y a quatre bras instruments. On mettra différents instruments de cœlioscopie dans chaque bras. Le chirurgien verra en trois dimensions et pourra manipuler ces quatre instruments", explique Cédric Hannoteau, instrumentiste robot au CHU Ambroise Paré. Cancer de la prostate, gynécologie, ORL… les applications sont nombreuses. La précision du robot lui permet d’atteindre des zones difficiles sans occasionner de grosses lésions.


Davantage de confort pour le chirurgien et pour le patient

"Le gros avantage, c’est que les incisions sont petites. Il y a moins de complications, moins de saignements", explique Catherine Winant, directrice médicale du CHU Ambroise Paré. Donc, Le patient sera rétabli plus vite. Reste un obstacle de taille : ce robot coûte près de 2 millions d’euros. Il en existe 6 à Bruxelles et une vingtaine en Flandres.


L’usage de ces robots se développe et deviendra la norme dans les années à venir

"Les jeunes chirurgiens passent tous maintenant dans leur cursus par une formation à la robotique. Donc, si nous voulons engager des gens d’excellence qui vont développer cette technologie dans leur carrière, nous devons aussi nous équiper de ce genre de technologie", déclare la directrice médicale.

A Mons, un millier de patients sont déjà passés depuis 2008 entre les mains robotisées de ce chirurgien de pointe.


 




 

Vos commentaires